Meurtre sauvage d’Orsolya Gaal : son amant accusé était persuadé qu’elle lui avait transmis le VIH

zz/GWR/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

L’homme accusé d’avoir tué Orsolya Gaal dans le Queens, à New York, aurait expliqué à la police être passé à l’acte parce qu’il pensait que cette femme mariée avec qui il entretenait une relation lui avait transmis le VIH.

Chaque détail de l’enquête sur le meurtre d’Orsolya Gaal ajoute un peu plus de sordide à cette histoire. La mère de famille a été tuée chez elle dans une zone aisée du Queens, à New York, alors que son fils de 13 ans se trouvait à l’étage. La victime a été poignardée au moins soixante fois avant d’être mise dans un sac de hockey puis transportée dans la rue. Son cadavre a été découvert grâce à la trainée de sang laissée par le suspect tout le long du chemin. Fin avril, quelques jours après le crime, David Bonola a été arrêté puis inculpé. Cet homme de 44 ans entretenait une relation avec Orsolya Gaal, elle-même mariée. D’après le «New York Post », il aurait expliqué à la police l’avoir tuée parce qu’il était persuadé qu’elle lui avait transmis le VIH.

Au total, leur histoire a duré deux ans. Il était également certain qu’elle le trompait avec un autre amant. «Elle m’a transmis le VIH. Elle m’a menti, elle m’a utilisé. Elle m’a dit qu’elle m’aimait. Qu’elle ne pouvait pas être avec quelqu’un d’autre», aurait-il déclaré d’après des documents judiciaires. C’est parce qu’elle aurait répondu à «l’appel téléphonique d’un autre gars» qu’il se serait notamment mis en colère. «Elle lui a dit qu’elle allait venir le voir. Cela m’a énervé. Je n’ai pas pu l’accepter.» L’accusé a raconté que leur liaison avait été faite de plusieurs ruptures mais qu’ils s’étaient remis ensemble au début du mois d’avril, avant de se séparer à nouveau. Le samedi matin du crime, il se serait rendu au domicile de la victime, à Forest Hills, pour parler de leur relation. Mais la conversation se serait envenimée et, de rage, il aurait attaqué la femme de 51 ans avec un couteau de cuisine. Comme l’avait dit la police dès le départ, l’acte ne semblait(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles