Meurtre de Marjorie : comment la justice prend-elle en charge les mineurs délinquants ?

·1 min de lecture

Saint-Chéron, Boussy-Saint-Antoine, Argenteuil, ou plus récemment Ivry-sur-Seine… Depuis le début de l'année 2021, plusieurs adolescents ont perdu la vie dans des rixes entre bandes rivales, ou des meurtres. Des drames qui ont surgi pour la plupart sur fond de conflits alimentés sur les réseaux sociaux. Invité d'Europe Soir week-end, Jean-Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, a détaillé samedi une partie de l'action de la justice dans le cadre de l'affaire Marjorie, la dernière en date de ce type. 

De la prison, "si cela s'impose"

"Quand des faits de cette nature se révèlent, le parquet réagit et le juge pour enfants, ou le juge d'instruction selon la gravité des faits, va intervenir", commence par indiquer le spécialiste. "On va essayer de comprendre [ce qu'il s'est passé] et mettre en place rapidement une prise en charge éducative." Cette prise en charge peut également se doubler d'un volet psychologique ou psychiatrique qui s'inscrit sur le long terme, puisqu'elle peut durer "un, deux, trois ou quatre ans".

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

Durant ce laps de temps, "soit le jeune reste chez lui, soit il part de chez lui. Il peut également aller en prison si cela s'impose." Dans le cas de l'adolescent de 14 ans qui a poignardé Marjorie, mis en examen, Jean-Pierre Rosenczveig précise qu'il risque "20 ans de réclusion".

Une prise en charge qui a fait ses preuves

Ce système de prise en charge des mineurs délin...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles