Meurtre de Magali Blandin: les beaux parents remis en liberté

·2 min de lecture

Mis en examen pour complicité présumée avec leur fils, Monique et Jean Gaillard "ont été placés sous contrôle judiciaire", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc, sans vouloir donner de détails sur la teneur de ce contrôle.

Les parents de Jérôme Gaillard, qui avait avoué le meurtre de son épouse Magali Blandin et mère de leurs quatre enfants en février dernier près de Rennes et s'est suicidé il y a trois semaines, ont été remis en liberté, a-t-on appris samedi auprès du parquet. Mis en examen pour complicité présumée avec leur fils, Monique et Jean Gaillard "ont été placés sous contrôle judiciaire", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc, sans vouloir donner de détails sur la teneur de ce contrôle. "Ils sont sortis de prison mercredi", a précisé à l'AFP une autre source judiciaire.

Jérôme Gaillard s'est pendu dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre à la prison de Vézin-le-Coquet près de Rennes. Il avait reconnu avoir tué à coups de batte de baseball son épouse, une éducatrice spécialisée de 42 ans, qui l'avait quitté quelques mois plus tôt. Il était en détention provisoire depuis le 21 mars. Le corps de Magali Blandin avait été retrouvé en mars dans un bois à quelques kilomètres du domicile de l'époux, plus d'un mois après sa disparition, le 11 février dernier. Le corps avait été localisé sur l'indication de son mari, qui avait avoué l'avoir tuée sur fond d'un rocambolesque "complot criminel" impliquant des tueurs géorgiens.

À lire, sur l'affaire Magali Blandin : notre enquête sur un infâme complot familial

Le couple était en instance de divorce

Le couple, qui était en instance de divorce, avait quatre enfants âgés au moment des faits de 4, 7, 12 et 14 ans. Magali Blandin avait quitté son mari en septembre 2020. Agés de 72 et 75 ans, les parents de Jérôme Gaillard, des agriculteurs à la retraite sans antécédent judiciaire, sont mis en examen pour tentative de complicité de meurtre par conjoint et(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles