Meurtre de Karine Esquivillon : comment l'arme du crime a-t-elle été retrouvée ? De nouveaux éléments dévoilés

L'enquête sur la mort de Karine Esquivillon a pris un coup d'accélérateur le 29 juin 2023. Le fusil ayant servi à tuer cette femme de 54 ans a été retrouvé par hasard dans de la boue, aux abords du lac d'Apremont près de Maché (Vendée). C'est une promeneuse âgée d'une trentaine d'années qui a fait cette découverte fortuite, lors d'une balade avec son chien pendant sa pause de midi. "L'eau était très basse, j'ai pu m'approcher et j'ai constaté qu'il s'agissait bien d'une arme", a-t-elle déclaré dans les colonnes de Ouest-France, jeudi 24 août 2023. La victime, une mère de cinq enfants, était portée disparue depuis trois mois quand son corps sans vie a été retrouvé à la mi-juin 2023, dans un bois près de Challans, en Vendée, sur indication de son mari Michel Pialle. Ce dernier, un brocanteur en ligne de 52 ans et père des trois plus jeunes enfants de son épouse, a affirmé en garde à vue l'avoir tuée "accidentellement" en mars 2023.

Comme le complète Ouest-France, le témoignage de la promeneuse au lac d'Apremont a permis l'intervention des gendarmes sur place. L'arme du crime est un fusil 22 Long Rifle avec un silencieux retrouvée près de tables de pique-nique et désormais entre les mains des experts de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale à Pontoise, afin d'effectuer des prélèvements ADN. D'après la version de Michel Pialle, devenu unique suspect dans la mort de son épouse Karine Esquivillon, un coup de feu accidentel serait parti de l'arme pendant que le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite