Meurtre de Justine Vayrac : les conclusions fracassantes de l'autopsie sur les causes de la mort

Après la découverte du corps de Justine Vayrac, le temps est venu de connaître les causes exactes de la mort de la jeune mère de 20 ans, et de reconstituer petit à petit le déroulement exact des faits reconnus par le suspect. La médecine légale a rendu ses conclusions sur la cause de la mort de Justine Vayrac.

Une mort causée par étranglement

Mis en examen pour viol, meurtre et séquestration, le suspect a reconnu avoir dissimulé le corps de Justine Vayrac et calciné son sac à main. Mais l'enchaînement des actes commis sur la jeune femme commence à se dévoiler après que l'autopsie a révélé ses conclusions : Justine Vayrac est morte des suites d'un étranglement, ainsi que l'a rapporté une source proche du dossier à nos confrères de RTL, ce lundi 31 octobre. Le rapport a également indiqué que la victime avait reçu des coups avant d'être étranglée. Pour mémoire, des traces de sang avaient été découvertes dans la chambre du mis en examen lors de l'enquête précédant sa mise en examen et son placement en détention provisoire.

Pour l'heure, les analyses toxicologiques permettant de savoir si Justine Vayrac avait été droguée n'ont pas encore été révélées. Cela pourrait apporter un nouvel éclairage à cette affaire et étoffer le dossier du juge d'instruction en charge de l'affaire. Car si le suspect a reconnu avoir tué Justine Vayrac, il s'agit d'une reconnaissance à minima. En effet, il semble contester les faits de viol puisque le Procureur (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

“Une situation un peu décalée” : la chance improbable de ce double vainqueur du jackpot de l'EuroMillions
Christian Quesada "découragé" et bientôt ruiné : depuis sa sortie de prison, il ne trouve plus de travail
Disparition de Delphine Jubillar : la nouvelle date, symbolique, de la reconstitution dévoilée
On lui refuse un examen de routine à cause de son âge, les conséquences sont catastrophiques
Latilly : venus constater un vol dans une maison, les gendarmes restent cois devant leur découverte