Meurtre de la joggeuse Patricia Bouchon : Dejean à nouveau condamné à 20 ans

·1 min de lecture

La cour d'assises d'appel du Tarn a condamné vendredi Laurent Dejean à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Patricia Bouchon, une joggeuse de 49 ans. Une peine identique à celle prononcée en première instance à Toulouse en 2019. Les jurés ont assorti cette peine d'un suivi socio judiciaire de 20 ans. "On pouvait pas attendre mieux, un suivi 'médical' pendant 20 ans. Ça ne recommencera pas", s'est exclamée, soulagée, la fille de la victime, Carlyne Bouchon.

Contrairement au premier procès où l'avocat général avait requis l'acquittement, considérant que les preuves manquaient pour condamner, la représentante du ministère public, Chantal Firmigier-Michel, a réclamé jeudi à Albi 20 ans de réclusion contre cet homme de 42 ans qui n'a de cesse de clamer son innocence.

Schizophrénie paranoïde

Le 14 février 2011 à Bouloc, près de Toulouse, Patricia Bouchon n'était pas revenue de son jogging matinal. Son corps avait été retrouvé un mois et demi plus tard au bord d'une route, dissimulé dans une conduite d'eau, le crâne enfoncé. Les experts ont diagnostiqué chez Laurent Dejean une schizophrénie paranoïde. "Si je n'étais pas convaincue de votre culpabilité, je serais la première à vous défendre", a lancé la fille de la victime à l'accusé.

Cinq jours après la disparition, un témoin s'était présenté aux enquêteurs. Il avait déclaré que quelques secondes après avoir croisé une joggeuse, il avait failli emboutir une Clio stationnée à contre sens, tous feux éteints, dans laquelle ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles