Le meurtre d'un petit garçon de 9 ans enlevé par un récidiviste émeut les Pays-Bas

L’histoire du petit Gino secoue les Pays-Bas. Disparu jeudi dernier, il a été retrouvé mort samedi. Depuis, un suspect de 22 ans déjà condamné en 2017 pour avoir agressé deux garçons a été arrêté.

L'alerte a été lancée jeudi 2 juin aux alentours de 16h. La veille, Gino van der Straeten, 9 ans, était aperçu pour la dernière fois entre 19h30 et 20h30 dans une aire de jeux de la ville néerlandaise de Kerkrade, non loin des frontières belge et allemande. Il y jouait au foot avec des enfants du quartier, mais n'est jamais rentré au domicile de sa soeur de 32 ans chez qui il séjournait alors.

Deux jours après d'intenses recherches auxquelles les habitants ont pris part, la police locale a annoncé samedi au cours d'une conférence de presse avoir retrouvé le corps de l'enfant dans une habitation de Geelen, à une vingtaine de kilomètres de Kerkrade.

Un suspect de 22 ans a été interpellé à son domicile de Geleen dans la nuit de vendredi à samedi en lien avec cette disparition. Il est soupçonné d'avoir enlevé la victime.

Donny M, entendu ce mardi par un juge d'instruction de Maaastricht, a vu sa détention provisoire prolongée de deux semaines. En attendant, la police enquête pour savoir si d'autres suspects pourraient être impliqués dans l'enlèvement et la mort du garçon. Elle analyse également des images d'une voiture pouvant avoir servi à l'enlèvement de Gino.

Un homme connu des services de police

Donny M est déjà bien connu des services de police. En effet, en 2017, alors qu'il a 17 ans, le tribunal de Maastricht l'a condamné à trois ans de placement avec sursis dans un centre de détention pour mineurs pour avoir menacé et agressé deux garçons et avoir abusé d’au moins l’un d’entre eux ainsi que le rapporte notamment nos confrères du Soir.

Il a également passé près de cinq mois en détention et a suivi un traitement dans une institution spécialisée dans les soins de santé mentale pour les jeunes, apprend-on aussi auprès du quotidien belge.

Dans une interview au journal en néerlandais HLN, traduite et publiée par le site belge 7sur7, le meilleur ami du suspect décrit un garçon aux deux visages. “On allait jouer au foot, à la foire ou nager. Que des choses toutes simples en fait. Jusqu’à ses 14-15 ans, lorsque que Donny a commencé à faire de plus en plus les 400 coups”, explique son ami.

Et d'ajouter:

“Et puis, c’est devenu de plus en plus significatif chez lui. Il ne fallait pas non plus essayer de le dissuader quand il avait une mauvaise idée. Parce que sinon, c’est sûr, il se retournait contre vous. Et là, vous étiez dans de sales draps”

Quant au papier journal qui recouvrait les vitres de l'appartement du jeune homme, son meilleur ami s'interroge, “Donny disait que c’était parce qu’il était parfois dérangé par les rayons du soleil à l’intérieur, mais maintenant, je doute de sa version”.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Déclic - Émilie : "J'ai été victime d'un pédocriminel et c'est la thérapie par l'hypnose qui a fait ressurgir ça"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles