Meurtre d'un homosexuel en Espagne: 3 détentions provisoires, 2 jeunes en centre pour mineurs

·2 min de lecture
Portrait de Samuel Luiz, présenté lors d'une manifestation pour lutter contre la haine anti LGBTI le 9 juillet 2021 à Barcelone - Josep LAGO © 2019 AFP
Portrait de Samuel Luiz, présenté lors d'une manifestation pour lutter contre la haine anti LGBTI le 9 juillet 2021 à Barcelone - Josep LAGO © 2019 AFP

Trois personnes se trouvent en détention provisoire et deux jeunes ont été placés dans un centre pour mineurs dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'un jeune homosexuel, a annoncé samedi le Tribunal de la Corogne, une affaire qui a provoqué une vague de mobilisation en Espagne.

Samuel Luiz, un aide-infirmier brésilien de 24 ans, avait été retrouvé inconscient le week-end dernier aux abords d'une boîte de nuit de la Corogne, dans le nord-ouest de l'Espagne, après avoir été passé à tabac. Les secours n'avaient pu le ranimer et il était mort samedi matin des suites de ses blessures, l'annonce de son décès déclenchant alors une série de manifestations et de réactions politiques dans tout le pays.

Mesures préventives et centre pour mineurs

Six personnes, dont une fille, ont été arrêtées entre mardi et vendredi.

Parmi elles, cinq ont écopé de mesures préventives: après le placement en détention provisoire de trois personnes majeures, les deux jeunes arrêtés vendredi ont été eux "placés dans un centre pour mineurs pour leur participation présumée dans le meurtre de Samuel Luiz", a indiqué le tribunal de la Corogne dans un communiqué.

Aucune de ces personnes détenues ne connaissait la victime, avait déclaré jeudi la police à l'AFP. Pour le moment, les responsables de l'enquête ne privilégient pas la piste d'un crime homophobe et gardent "toutes les hypothèses" ouvertes.

Mort des suites d'un traumatisme crânien

De père brésilien et né au Brésil, Samuel Luiz a été battu dans la rue par plusieurs personnes qui se sont acharnées sur lui sur une distance de 200 mètres.

D'après les médias, les premiers résultats de l'autopsie indiquent qu'il est mort des suites d'un traumatisme crânien causé par un coup de pied à la tête. Son père, Maxsoud Luiz, a raconté à la chaîne de télévision espagnole Antena 3 que son fils était avec trois amies au moment des faits.

Ses proches affirment que les agresseurs ont agi par homophobie et l'ont frappé en le traitant de "pédé".

L'indignation a été d'autant plus grande en Espagne que ce crime s'est produit au moment où elle venait de célébrer la semaine des Fiertés LGBT. Plusieurs collectifs LGBT+ ont convoqué des manifestations pour ce week-end dans certaines villes, notamment à Madrid dimanche soi

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles