Meurtre de Mireille Knoll : la piste crapuleuse privilégiée

Une octogénaire juive a été assassiné. Deux hommes ont été mis en examen pour homicide à caractère antisémite. La piste crapuleuse est privilégiée. Une marche blanche est prévue ce mercredi à Paris.

Les faits remontent au week-end dernier. D’après les informations de plusieurs médias dont Europe 1, les deux suspects dans l’enquête sur le meurtre de Mireille Knoll à Paris ont été mis en examen. Ils sont poursuivis pour homicide volontaire “en raison de l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion”, “vol aggravé par trois circonstances” et “dégradation du bien d’autrui par un moyen dangereux”.

Le caractère antisémite retenu

Lundi, le parquet avait annoncé retenir le caractère antisémite de ce meurtre qui a indigné la communauté juive et bien au-delà.

Mireille Knoll, 85 ans, de confession juive, a été retrouvée morte vendredi dans son appartement du XIe arrondissement de Paris par les pompiers, appelés après un début d’incendie. Son corps présentait la marque de plusieurs coups de couteau.

Le suspect était un voisin de la victime

Le premier suspect, né en 1989 et connu des services de police pour des affaires de viol et d’agression sexuelle, est un voisin qui avait l’habitude de rendre visite à la victime. Il était passé dans son appartement dans la journée.

Apparemment, ma mère le connaissait très bien et le considérait comme un fils”, a déclaré à l’AFP le fils de la victime. Le second mis en examen, âgé de 21 ans et connu pour des vols avec violences, se trouvait également dans l’immeuble le jour du meurtre.

Une rescapée de la rafle du Vel d’Hiv’

Âgée de 85 ans, Mireille Knoll avait échappé de justesse à la rafle du Vel d’Hiv’ de juillet 1942 en s’enfuyant de Paris juste avant avec sa mère, a raconté à l’AFP son fils. Réfugiée au Portugal, elle est revenue à Paris après la guerre, et a épousé un homme rescapé du camp d’Auschwitz, décédé au début des années 2000. Le mobile du meurtre est inconnu pour l’heure.

La mort de Mireille Knoll a suscité des réactions dans l’ensemble de la classe politique et de la société. Emmanuel Macron, notamment, a dénoncé “un crime épouvantable” :


Une marche blanche

Pour rendre hommage à Mireille Knoll, le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) organise une marche blanche mercredi à 18h30 au départ de la place de la Nation.