Meurtre d'Arthur Noyer: "Je n'ai jamais voulu lui donner la mort", se défend Nordahl Lelandais

Cécile Danré avec Jérémy Maccaud
·2 min de lecture
Meurtre d'Arthur Noyer: "Je n'ai jamais voulu lui donner la mort", se défend Nordahl Lelandais
Un dessin de presse montre Nordahl Lelandais lors de son procès devant la cour d'assises de Chambéry (Savoie), le 3 mai 2020. - MARIE WILLIAMS / AFP
Un dessin de presse montre Nordahl Lelandais lors de son procès devant la cour d'assises de Chambéry (Savoie), le 3 mai 2020. - MARIE WILLIAMS / AFP

Le premier procès de Nordahl Lelandais, pour le meurtre du jeune caporal Arthur Noyer, s'est ouvert ce lundi à Chambéry. Si le prévenu a avoué avoir tué le jeune homme, il a affirmé qu'il n'avait pas eu l'intention de le faire.

Quatre ans après les faits, le procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre du jeune caporal Arthur Noyer s'est ouvert lundi à Chambéry, une première comparution très attendue pour l'homme déjà impliqué dans la mort de la petite Maëlys.

"J'ai donné la mort à Arthur Noyer mais sans vouloir lui donner", a affirmé Nordahl Lelandais lors de sa première prise de parole devant la cour d'Assises. Une ligne de défense sur laquelle il a insisté quelques secondes plus tard: 

"Je n'ai jamais voulu lui donner la mort."

Quelques heures avant ses premières déclarations; Nordahl Lelandais est apparu tendu dans le box. "Nonobstant le dispositif un petit peu exceptionnel de ce procès, vous serez jugé comme tous les accusés, avec les mêmes droits", lui a alors précisé le président, François-Xavier Manteaux, au début de l'audience.

Aux parties civiles, le magistrat a demandé d'être "dignes" et de ne pas troubler l'audience, ajoutant qu'elles n'auront peut-être pas toutes les réponses à leurs questions. La famille Noyer est venue avec un large portrait encadré d'Arthur et le tient à ses pieds dans la salle d'audience. Avant le procès, ils avaient dit souhaiter que "justice soit faite" pour leur fils.

L'enquête sur la disparition de leur fils, mort en avril 2017, avait patiné pendant plusieurs mois avant que les enquêteurs ne fassent le lien avec l'affaire de la disparition de Maëlys De Araujo, à l'automne 2017. Les deux affaires ont été instruites séparément, et le procès pour la mort de la fillette de huit ans pourrait avoir lieu en 2022.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :