Meurthe-et-Moselle : un homme reconnaît avoir poignardé sa compagne

·2 min de lecture
Une note interne de la DCSP demande aux policiers un meilleur suivi des affaires de violences conjugales (Photo d'illustration) - DENIS CHARLET © 2019 AFP
Une note interne de la DCSP demande aux policiers un meilleur suivi des affaires de violences conjugales (Photo d'illustration) - DENIS CHARLET © 2019 AFP

Un homme d'une cinquantaine d'années a reconnu en garde à vue avoir poignardé sa compagne de 56 ans, retrouvée morte samedi matin à Labry, un village de Meurthe-et-Moselle, ont signalé les parquets de Val-de-Briey et de Nancy. L'homme n'était pas connu pour des faits de violences conjugales mais pour des délits routiers, des usages de stupéfiants ou des dégradations, a-t-on indiqué de mêmes sources, confirmant des informations du quotidien régional Le Républicain Lorrain.

"Aucune plainte" ou "main courante n'avait été déposée par la victime", a précisé François Pérain, le procureur de la République de Nancy, où l'affaire sera instruite par un juge du pôle criminel.

Les policiers avertis par les voisins

Ce sont des voisins qui ont alerté les forces de l'ordre de la survenue d'un "différend conjugal manifestement violent dans un appartement de leur immeuble", a-t-il poursuivi. A leur arrivée, les policiers ont découvert le corps de la victime, un couteau "planté dans sa poitrine", a précisé cette même source. Selon un premier examen médico-légal, le corps présentait également "de nombreuses plaies par arme blanche", selon le magistrat.

Interpellé puis placé en garde à vue, le locataire de l'appartement et compagnon de la victime qui habitait "épisodiquement chez lui" a reconnu lui avoir porté "plusieurs coups de couteau à la suite d'une dispute", selon le procureur. Les policiers ont par ailleurs découvert dans l'appartement "une corde avec un noeud coulant" que le suspect voulait utiliser pour mettre fin à ses jours, a-t-il ajouté. Employé à la mairie de Jarny, une commune voisine, il a affirmé être actuellement "en arrêt maladie pour dépression nerveuse", selon François Pérain.

Il devrait "vraisemblablement" être "présenté lundi matin en vue (de l') ouverture d'une information judiciaire pour meurtre par concubin", a encore indiqué le procureur.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles