#MeTooGay : la famille de Guillaume T. veut porter plainte

Source AFP
·1 min de lecture
Un hommage à Guillaume T., à Nanterre, le 12 février 2021 (photo d'illustration).
Un hommage à Guillaume T., à Nanterre, le 12 février 2021 (photo d'illustration).

La famille de Guillaume T., étudiant dont le témoignage avait déclenché un mouvement, #MeTooGay, au mois de janvier, voudrait qu'une enquête examine l'éventuelle responsabilité dans son suicide de l'élu qu'il avait accusé de viol, a-t-elle annoncé dans un communiqué de son avocate publié ce lundi 15 février. Le 21 janvier, sur Twitter, le jeune homme de 20 ans avait accusé de viol un conseiller communiste à la Mairie de Paris, Maxime Cochard, ainsi que le compagnon de ce dernier. L'élu avait immédiatement contesté ces accusations, qui ont suscité depuis des centaines d'autres messages sur les violences sexuelles dans les milieux gay.

Le 9 février, Guillaume T. était retrouvé mort, pendu dans sa chambre du campus de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, et le parquet local ouvrait une enquête pour examiner les causes de son décès. En parallèle, Me Élodie Tuaillon-Hibon, l'avocate de la famille de l'étudiant, a annoncé ce lundi avoir été mandatée pour saisir le « parquet de Paris d'une plainte contre X pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

À LIRE AUSSIPeggy Sastre ? #MeToo, #MeTooGay? Les méfaits de la « parole libérée »

Dans ces circonstances, c'est habituellement l'infraction de la « provocation au suicide », un délit passible de trois ans de prison, qui est invoquée. Elle nécessite de démontrer une incitation explicite au suicide ainsi qu'une intention de l'auteur d'y mener la victime. Mais, contre toute attente, l'av [...] Lire la suite