#MeToo, menaces de grève... le Festival de Cannes s'ouvre dans un contexte de tensions

La 77e édition du Festival de Cannes s'ouvre mardi dans un contexte de rumeurs de révélations de violences sexuelles dans le cinéma et de menaces de grève concernant les professionnels du secteur. De son côté, la direction du Festival assure prendre le sujet au sérieux. Le palmarès du Festival est attendu le 25 mai.

Une drôle d'atmosphère plane au-dessus de Cannes. Alors que la 77e édition du Festival de Cannes s'ouvre mardi soir, la ville se prépare à accueillir le gotha du cinéma mondial dans un contexte tendu, entre rumeurs d'accusations #MeToo et menaces de grève concernant les professionnels du monde du cinéma.

Sur la Croisette, les commerçants, loin de ces bruits qui agitent les réseaux sociaux, s'activent face à l'arrivée des 35 000 festivaliers attendus du 14 au 25 mai. "Moi, ce que je vois, c'est une effervescence sur les plages, tous les restaurateurs qui se préparent à accueillir les VIP, et dans les boutiques, les femmes qui regardent les robes de soirée", affirme Christine Capao, 60 ans, rencontrée dimanche par l'AFP.

Mais en coulisses, l'ambiance est tout autre avec des rumeurs d'accusations en lien avec #MeToo qui circulent depuis des semaines. Elles pourraient perturber la 77e édition du Festival, sept ans après l'affaire Weinstein qui a lancé le mouvement de libération de la parole.

Manifestation devant le CNC

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Parité dans le cinéma : le festival de Cannes 2024 en "régression" par rapport à 2023
Cinéma : Judith Godrèche demande une commission d'enquête sur les violences sexuelles
Coppola, Cronenberg, Audiard... Le Festival de Cannes dévoile sa sélection 2024