#MeToo : pour Geena Davis, "il est aujourd'hui possible de parler des inégalités"

[Url href='https://twitter.com/maxp26']Maximilien Pierrette - Propos recueillis le 10 septembre 2019 à Deauville[/Url]
Venue recevoir un Deauville Talent Award pour l'ensemble de sa carrière, Geena Davis présente également le documentaire "Tout peut changer", sur les inégalités à Hollywood, et évoque l'impact de #MeToo et Time's Up sur cette lutte.

Après Pierce Brosnan, place au second Deauville Talent Award de 2019 : Geena Davis. L'actrice de Thelma & Louise, vue récemment dans la saison 3 de G.L.O.W. sur Netflix, est venue avec Tout peut changer, documentaire sur les inégalités entre hommes et femmes à Hollywood dont elle est la productrice déléguée. L'occasion de faire un état des lieux avec elle, et de voir si les mouvements nés dans le sillage de l'affaire Weinstein ont fait avancer le combat. "Une chose a changé : aujourd'hui, il est possible de parler de ces inégalités", nous répond-elle. "C'est davantage dans l'esprit des gens depuis #MeToo, Time's Up ou Trump. Ça, c'est un changement important qui peut en créer d'autres en faisant en sorte que les gens parlent entre eux de sujets comme l'égalité des salaires par exemple."

"Avant que cela se produise, vous n'auriez pas pu vous plaindre de votre salaire car il y a forcément quelqu'un de moins bien payé (rires) Jamais de la vie. Mais maintenant, il y a Gillian Anderson qui découvre qu'elle perçoit la moitié de ce que David Duchovny touche, qui élève la voix, et qui obtient la même chose. C'est un énorme changement. On le voit aussi dans d'autres secteurs de la société, dans la football féminin notamment : nous sommes à une époque où l'on prête plus d'attention à ces choses. Donc nous allons voir d'autres changements. La libération de la femme remonte aux années 70, il est temps pour une autre."

C'est trop demander que penser que les opprimés vont aussi devoir porter le fardeau de la résolution de leur problème

L'élan provoquée par #MeToo et Time's Up a-t-il aussi bénéficié au documentaire présenté à Deauville, en permettant au film de s'offrir plus d'interlocuteurs que prévu ? "Oui, c'est ce que le réalisateur m'a dit : il tournait depuis quelques années avant que tout cela ne se produise, et c'est alors devenu un million de fois plus facile pour lui d'avoir des personnes devant la caméra. Tout à coup, tous les gros noms qu'il avait tenté de réunir en vain disaient "oui". Et je sais que les effets de #MeToo et Time's Up ont joué, surtout que beaucoup des femmes que l'on voit dans le film sont des membres de Time's Up. Ça a fait la différence."

On notera toute l'ironie qui réside dans le fait que ce documentaire sur les inégalités entre homme et femmes à Hollywood a été mis en scène par… un réalisateur, Tom Donahue en l'occurrence : "Lorsqu'il a été annoncé aux États-Unis que j'allais être productrice déléguée du film, il y a eu plein de commentaires se demandant comment je pouvais embaucher un homme pour faire ce documentaire alors qu'il y avait tant de femmes douées. Sauf que c'était son projet ! Il m'a fait participer mais c'était son idée. Et nous avons de la chance que ça l'ait été, car c'est notamment parce qu'il est un homme qu'il a voulu le faire, et qu'il sentait que l'on ne pouvait pas espérer que les plus mal desservis puissent résoudre leur propre problème. C'est trop demander que penser que les opprimés vont aussi devoir porter le fardeau de la résolution de leur problème. Il fallait que des hommes nous aident, avec le pouvoir, l'argent et le statut qu'ils peuvent avoir. Il pensait que c'était important de procéder ainsi."

Présenté ce mardi 10 septembre à Deauville, "Tout peut changer" sortira sur nos écrans le 8 janvier 2020 :