MeToo du cinéma : Vincent Lindon estime que « le statut d’artiste ne doit pas être un totem d’immunité »

SOLIDARITÉ - Pour l’acteur, « les hommes doivent accompagner les femmes » mais il faut faire preuve de « nuance » face aux rumeurs

Profitant de l’imminence du Festival de Cannes, qui s’ouvrira mardi 14 mai 2024, l’acteur Vincent Lindon a répété sur France Inter que les hommes devaient davantage être aux côtés des femmes dans le mouvement MeToo au cinéma.

« Je pense qu’aujourd’hui, les hommes doivent accompagner les femmes car elles ne peuvent pas être les seules dépositaires de ce fléau des violences sexistes et sexuelles, a-t-il déclaré. Ils doivent le faire pour qu’elles construisent leur souveraineté dans une égalité parfaite ».

« Les célébrités ne sont pas au-dessus des lois »

Le comédien de 64 ans a ajouté que « c’est un chemin long, mais il faut qu’on (les) aide. On peut aller beaucoup, beaucoup plus loin, parce que le statut d’artiste ne doit pas être un totem d’immunité. On n’est pas au-dessus des lois, les gens célèbres ont les mêmes lois que tout le monde ».

Celui qui joue dans Le deuxième acte, le film de Quentin Dupieux qui fera l’ouverture du Festival mardi, a par ailleurs déploré qu’on ne parle « plus assez de l’égalité des salaires des hommes et des femmes » et que cette question soit « passée en 2e ou 3e plan alors que c’est très important ».

Un peu de « nuance » face aux rumeurs

Mais alors que des rumeurs d’accusations en lien avec MeToo circulent depuis des semaine(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
MeToo du cinéma : « Dire que Benoît Jacquot m’a violée, c’est évident »… Mais Isild Le Besco ne va pas porter plainte
MeToo du cinéma : Gérard Depardieu visé par une nouvelle enquête pour agression sexuelle
MeToo du cinéma français : Qui est Dominique Boutonnat, le président du CNC dont Judith Godrèche demande le retrait ?