Meta, procès Depp-Heard, Croatie, Tunisie, Oklahoma : les informations de la nuit

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Photo Jim Watson/AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sheryl Sandberg, numéro deux de Meta, démissionne. La directrice des opérations de l’entreprise californienne a annoncé mercredi qu’elle quitterait son poste à l’automne mais qu’elle comptait rester au conseil d’administration. Le directeur général de Meta, Mark Zuckerberg, a annoncé de son côté sur Facebook que le responsable de la croissance du groupe, Javier Olivan, allait la remplacer. Arrivée au sein de l’entreprise en 2008, Sheryl Sandberg a fait de Facebook une véritable machine publicitaire, symbole des grandes plateformes Internet et de leur modèle économique ultracontroversé. Selon le Washington Post, peu d’employés de Meta ont toutefois été surpris par l’annonce de son départ, qui “faisait l’objet de spéculations depuis des années”. Depuis le scandale de l’affaire Cambridge Analytica en 2018, l’action de Sheryl Sandberg au sein de l’entreprise avait été fréquemment critiquée.

États-Unis : Amber Heard condamnée pour diffamation envers Johnny Depp. Au terme de six semaines d’un procès ultramédiatisé, le jury populaire de Virginie a considéré mercredi que l’actrice avait diffamé “dans une intention malveillante” son ex-compagnon en se présentant dans une tribune publiée dans le Washington Post comme une victime de violences conjugales. Amber Heard a été condamnée à verser à Johnny Depp 15 millions de dollars de dommages et intérêts. Les sept jurés ont parallèlement jugé que l’acteur avait lui aussi diffamé l’actrice, lui allouant 2 millions de dollars de compensation financière. L’affaire a suscité un battage médiatique et un très vif intérêt du public, qui s’est rendu sur YouTube et Twitch en masse pour suivre le procès en direct. “Depuis l’affaire O.J. Simpson, jamais un procès n’avait été un tel cirque”, note la journaliste Jessica Bennett dans une chronique du New York Times. Après toutes nos belles déclarations sur le fait d’avoir appris de nos erreurs par rapport à la façon dont on a traité Monica Lewinsky ou Britney Spears, notre culture continue de médiatiser ce genre d’événement […] et de saliver en regardant une femme rabaissée.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles