"Il me met une tarte et me dit, 'bon match'" : Bernard Tapie raconté par ceux qui l'ont connu

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour eux, il était "le Boss", celui qui a présidé aux destins de l’Olympique de Marseille entre 1986 et 1994, de l’équipe cycliste La Vie Claire de 1984 à 1988, du voilier Le Phocéa dans les années 80 pour un record du Tour de l’Atlantique. Un homme fou de sport et de défis, au management vertical mais subtil, à l’ambition dévorante, quitte à tutoyer voire dépasser les limites. Ils ont été ses joueurs, ses adversaires, ses compagnons de route. Ils ne l’oublieront jamais. Ils racontent "leur" Bernard Tapie pour Europe 1.

Eric Di Meco (défenseur de 1980 à 1994, formé au club) :

"Il a rendu ce club grand, unique et surtout, il a changé ma vie. J’ai évolué avec ce club. Il avançait en sprintant et si nous on trainait on était éliminé. Je sais que son épouse Dominique m’a sauvé la tête car elle m'aimait beaucoup. Bernard me l'a avoué un jour. Elle est arrivée à l'entraînement en 93 et il me dit : "Tu me fais chier 'Di Mec', ma femme elle me parle toujours de toi, tu me fais chier (rires). Même ses détracteurs ont finalement eu beaucoup d’admiration dans son combat contre le cancer. Moi, Il m’a scotché."

Basil Boli (défenseur de 1990 à 1994) sur la finale de 1993 :

"Ça faisait dix jours que je ne m'entrainais pas, j’avais mal au genou. Pendant 10 minutes ça allait et après je ne me sentais pas bien. Jacques Bailly, le kiné, me dit : 'Le boss ne veut pas que tu sortes.' Je me dis que ce n’est pas possible, qu’il veut me tuer… Deux minutes après, je marque. À la mi-temps, il vient me ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles