Mesures d'Agnès Buzyn pour les urgences : "Nous sommes très déçus, ce n'est pas à la hauteur des enjeux"

franceinfo

"Nous sommes très déçus. Ce n'est pas à la hauteur des enjeux. La crise est grave, profonde", a expliqué lundi 9 septembre sur franceinfo Christophe Prudhomme, porte-parole de l'association des médecins urgentistes de France, après les nouvelles mesures dévoilées par Agnès Buzyn pour répondre à la crise des urgences. La ministre de la Santé, a annoncé notamment le déblocage de "plus de 750 millions d'euros" et la création du SAS (Service d'accès aux soins) "pour répondre à toute heure à la demande des Français".

"C'est l'ensemble du système de santé qui dysfonctionne. Il va falloir plus que ces quelques mesures qui pour certaines sont des gadgets", a estimé Christophe Prudhomme. Selon lui, "la ministre a mis beaucoup de temps à répondre. Quand on laisse pourrir un mouvement, le niveau d'exigence augmente. La situation s'est dégradée entre le début du mouvement et aujourd'hui."

franceinfo : Les mesures annoncées par Agnès Buzyn sont-elles à la hauteur de la crise ?

Christophe Prudhomme : Non, absolument pas. C'est l'ensemble du système de santé qui dysfonctionne. Il va falloir plus que ces quelques mesures qui pour certaines sont des gadgets. Il y a le problème du financement. Les sommes annoncées par la ministre peuvent paraître importantes, mais elles ne résultent que d'un redéploiement budgétaire. Ce sont des crédits existants. Le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi