Le message de Pierre Niney à l'hôpital public est allé droit au cœur des soignants

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Pierre Niney, ici au mois de mai, à Cannes. (Photo: Pool via Getty Images)
Pierre Niney, ici au mois de mai, à Cannes. (Photo: Pool via Getty Images)

Pierre Niney, ici au mois de mai, à Cannes.  (Photo: Pool via Getty Images)

SANTÉ - “L’hôpital public est dans un état catastrophique.” Ces mots, ce sont ceux de Pierre Niney qui, sur Twitter ce mardi 31 mai, a pris la parole pour dénoncer la gestion actuelle du système de santé publique.

“La sonnette d’alarme a été sonnée depuis des années, bien avant le Covid, mais aussi pendant et désormais après”, souffle le comédien de 33 ans sur le réseau social. Son message est court et clair. Il adresse “tout [son] soutien aux soignantes et soignants”. Pierre Niney conclut: “Il est temps de donner la place qu’ils méritent aux services publics.”

Ces propos ont fait leur effet du côté des principaux concernés: les soignants. Sur Twitter, nombre d’entre eux ont commenté la publication de Pierre Niney, approuvant son message ou le remerciant pour son soutien.

Ce qu’écrit Pierre Niney ne vient pas de nulle part. Ses propos paraissent alors même que le système des urgences connaît actuellement une situation particulièrement alarmante. Selon les calculs de l’association Samu-Urgences de France (SUdF) relayés par l’AFP, au moins 120 services d’urgences ont été forcés de limiter leur activité, faute de soignants.

Les urgences ”à l’agonie”

Dans Le Monde, on apprend, ce samedi 28 mai, que pas moins de 1500 soignants ont tiré la sonnette d’alarme en s’adressant directement à la Première ministre Élisabeth Borne et à la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon. “Un plan de sauvetage du système de santé français est la seule véritable urgence”, affirment-ils, alertant sur une “menace d’effondrement à court terme” du système hospitalier français.

Ce mardi 31 août, Emmanuel Macron a annoncé depuis l’hôpital Cherbourg une “mission flash” visant à répondre à la crise, dont le déficit de personnel et les autres difficultés humaines et financières minent depuis longtemps le moral des soignants. À peine lancée, cette “mission flash” n’a pas seulement été commentée par Pierre Niney, elle a aussi été critiquée par l’opposition. “Bientôt on aura le rapport sur le rapport”, a, par exemple, ironisé Stéphane Troussel, président de la Seine-Saint-Denis.

François Ruffin a, lui, été plus virulent à l’égard du bilan du chef de l’État, indiquant sur Twitter que “Macron détruit méthodiquement l’hôpital depuis cinq ans” et qu’il “se donne maintenant un mois pour en dresser le bilan”. Lui aussi l’a rappelé: “Les urgences sont à l’agonie”.

À voir également sur Le HuffPost: À Cannes, Jean Dujardin et Pierre Niney font le show devant les photographes

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles