"Le message est passé": après les critiques, LFI amorce une réflexion sur son fonctionnement

Mathilde Panot et des députés LFI à l'Assemblée nationale le 21 novembre 2022 - Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Mathilde Panot et des députés LFI à l'Assemblée nationale le 21 novembre 2022 - Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Les 75 députés se sont réunis lundi après-midi pour un séminaire de rentrée avec pour ordre du jour principal le fonctionnement interne de LFI.

"La discussion organisée avec des petits groupes permettant à chacun de s'exprimer a permis de faire avancer la situation et ce travail va continuer", a indiqué la présidente du groupe LFI Mathilde Panot en conférence de presse mardi.

"Sortir par le haut d'une situation un petit peu compliquée"

"La réunion s'est très bien passée, et manifestement dans les huit jours à venir, il devrait y avoir un certain nombre de propositions émanant du groupe parlementaire qui vont être de nature à sortir par le haut, je pense, de la situation un petit peu compliquée dans laquelle nous étions", a rapporté le député Éric Coquerel, qui avait lui-même émis des critiques.

Le député Alexis Corbière, historique de la mélenchonie, qui avait également exprimé un "radical désaccord" avec la nouvelle direction de Manuel Bompard, a raconté sur LCI: "Beaucoup de remarques ont été faites par une grosse partie du groupe parlementaire, qui vont dans le sens que moi et d'autres ont porté, qu'il faut remettre l'ouvrage sur le métier".

"Ne pas s'attendre à quelque chose de radical"

"On va travailler, la semaine prochaine de nouvelles propositions seront faites, (...) il faut des modifications, le message est passé, les critiques ont été entendues, des engagements pris pour trouver une solution", a-t-il ajouté.

Le nouveau coordinateur de LFI Manuel Bompard a confirmé à l'AFP que les discussions aboutiraient à des évolutions mais a précisé qu'il "ne faut pas attendre quelque chose de radical ou d'immédiat".
Alexis Corbière, Clémentine Autain ou encore François Ruffin, ainsi que plusieurs groupes de militants locaux, avaient critiqué en décembre l'opacité de la prise de décisions et le manque de diversité de la nouvelle "coordination" du mouvement, forte de 21 membres.

Article original publié sur BFMTV.com