Comment Meryl Streep a dû "apprendre à chanter comme une casserole " pour incarner la diva ratée Florence Foster Jenkins (Arte)

·1 min de lecture

Il faut en convenir : proposer à Meryl Streep d’incarner ce personnage atypique pourrait relever de la provocation pure et simple. Il est vrai que Florence Foster Jenkins a bel et bien existé. Cette millionnaire new-yorkaise, excentrique et illuminée, est devenue célèbre pour son absence totale de voix, et sa propension, sur scène, à assassiner Mozart ou à massacrer Verdi. Mais, le 25 octobre 1944, cette naufragée du répertoire lyrique s’est pourtant produite, à 76 ans, sur la prestigieuse scène du Carnegie Hall, à New York ! Ultime caprice d’une mondaine persuadée d’être une diva aux vocalises flamboyantes. Cette drôle de dame, à la notoriété mondiale, aurait même inspiré à Hergé sa si truculente Bianca Castafiore…

À lire également

Pentagon Papers (France 2) Meryl Streep : "Spielberg est le meilleur de tous pour raconter une histoire à suspense"

La reine des comédies musicales s’amuse !

Alors pourquoi diable confier le rôle périlleux de cette artiste toute en fausses notes à Meryl Streep, chanteuse émérite, considérée par le Los Angeles Times comme « la reine des comédies musicales » (Mamma Mia !, The Prom) ? Réponse, laconique, de Stephen Frears :

"Pour bien jouer une cantatrice r... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles