Merrick Garland, un expert de l'extrémisme, va être nommé ministre de la Justice par Biden

·2 min de lecture

Celui que Barack Obama n'avait pas réussi à nommer à la Cour suprême sera entendu lundi par le Sénat afin d'être validé dans ses fonctions de ministre de la Justice de Joe Biden.

Si l'on en croit la Maison Blanche, la nomination de ce natif de Chicago, réputé juste et modéré, a pour objectif de restaurer l'indépendance de la justice américaine. L'instruction du dossier Hunter Biden, le fils du président démocrate nouvellement élu Joe Biden visé en raison de problèmes fiscaux, devrait être un premier test pour ce diplômé de l'école de droit de Harvard. Merrick Garland a longtemps davantage séduit les républicains que les démocrates, ces derniers ne le trouvant pas assez "libéral".

Lire aussi - Premier sommet de l'Otan pour le nouveau chef du Pentagone Llyod Austin

Une carrière débutée sous Jimmy Carter

Pourtant, lorsque Barack Obama songe à le nommer juge à la Cour suprême en 2016, le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, fait traîner le processus et Garland ne sera jamais consacré. Justice est donc rendue à ce bourreau de travail nommé par Joe Biden. A 68 ans, celui dont on dit que sa seule faiblesse est le chocolat a commencé sa carrière sous Jimmy Carter.

Lire aussi - "Je suis prêt à mourir s'il le faut" : au coeur des milices armées qui menacent les Etats-Unis

Ayant instruit l'attentat d'Oklahoma City en 1995 sous la présidence Clinton et à l'origine un an plus tard de l'arrestation de Ted Kaczynski, surnommé "Unabomber", le nouveau ministre de la Justice devrait répondre aux attentes du président Biden qui, lors de sa campagne, a fait de la lutte "contre les extrémistes violents" l'une de ses priorités. A vérifier donc lors d...

Lire la suite sur LeJDD

Ce contenu peut également vous intéresser :