Intémpéries aux Etats-Unis, Merkel reporte sa visite

La chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé lundi le report de sa visite à Washington où elle devait rencontrer mardi le président américain, Donald Trump, en raison des intempéries qui risquent de perturber le trafic aérien. /Photo prise le 13 mars 2017/REUTERS/Michaela Rehle

MUNICH, Allemagne (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a plaidé en faveur du libre-échange entre les Etats-Unis et l'Allemagne, alors qu'elle devait s'envoler pour Washington, un vol finalement annulé en raison des intempéries qui sévissent dans le nord-est américain.

Angela Merkel a annoncé lundi soir aux journalistes qui devaient l'accompagner que Donald Trump l'a contactée pour l'informer de la gravité de la tempête attendue.

Cette annulation a été confirmée par la Maison blanche, qui précise que la visite de la chancelière est repoussée au moins à vendredi.

"Les Etats-Unis d'Amérique sont un partenaire commercial capital pour l'Allemagne et pour l'ensemble de l'Union européenne", avait-elle déclaré plus tôt devant un parterre de responsables économiques. "Le commerce est avantageux pour les deux parties et j'ai hâte d'évoquer ces questions avec le président américain nouvellement élu."

Le commerce est l'un des sujets de friction qui risquent d'opposer le milliardaire new-yorkais, 70 ans, à l'ancienne physicienne de RDA, 62 ans.

Donald Trump a menacé d'imposer des taxes aux constructeurs automobiles allemands et l'un de ses conseillers, Peter Navarro, a accusé Berlin de profiter d'avantages commerciaux indus grâce à un euro faible.

Les Etats-Unis sont le premier pays d'exportation de l'Allemagne et l'excédent allemand a atteint près de 50 milliards d'euros l'an dernier. Les Etats-Unis ont importé pour 107 milliards d'euros de biens et services allemands et exporté en Allemagne pour 58 milliards d'euros.

A Munich, Angela Merkel a affirmé que les sociétés allemandes employaient près de 750.000 personnes aux Etats-Unis et qu'au total, 1 à 2 millions d'emplois aux Etats-Unis étaient indirectement dépendants de groupes allemands.

Outre le commerce, les deux pays s'opposent sur la question des réfugiés - Trump a qualifié d'"erreur catastrophique" la décision allemande d'ouvrir la porte aux réfugiés en 2015 -, et la défense - Washington reprochant à Berlin des dépenses insuffisantes.

La Russie devrait être également au menu des discussions. La Maison blanche a déclaré que Donald Trump comptait demander conseil à Angela Merkel sur la manière de traiter avec Vladimir Poutine.

Les conseillers de Merkel ont scruté les précédents entretiens de Donald Trump avec des dirigeants internationaux comme la Première ministre britannique Theresa May ou les Premiers ministres japonais Shinzo Abe et canadien Justin Trudeau.

"Nous devons nous préparer au fait qu'il n'aime pas écouter longtemps, qu'il préfère des positions claires et n'aime pas se plonger dans les détails", a dit un haut responsable allemand.

Angela Merkel, elle, attend avec impatience son entretien en tête à tête avec le président américain: "Je suis convaincue que les conversations directes valent toujours mieux que de parler l'un de l'autre", a-t-elle dit. "Parler ensemble au lieu de parler de l'autre, ce sera mon slogan pour cette visite."

(Irene Preisinger, avec Noah Barkin à Berlin; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages