Merdouma, un plat traditionnel algérien à la cuisson atypique

FOOD - Le monde de la gastronomie regorge de plats appétissants et de spécialités culinaires en tout genre. Cette fois, à l’approche de la fête de l’Aïd el-Kebir, aussi appelée Aïd al-Adha, nous vous présentons un plat traditionnel algérien à base de viande. Le Merdouma est très populaire à Constantine et dans les régions du sud de l’Algérie. Les curieux viennent de tout le pays pour y goûter. En réalité, il ne s’agit pas du nom d’un nouveau mets, mais d’une méthode de cuisson traditionnelle, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

La viande, boeuf, volaille et lapin est assaisonnée avec épices et des condiments avant d’être mise au four pendant plusieurs heures. Pour l’instant, rien de très surprenant, nous direz-vous. La particularité de cette cuisson lente est qu’elle se déroule sous terre. Le four est un puits de plusieurs mètres de profondeur fermé hermétiquement. La viande est disposée sur plusieurs étagères en fer et un treuil électrique permet de sortir la viande du four.

D’origine arabe, Merdouma signifie enterrer ou enfouir sous terre. Le plat est traditionnellement servi pendant l’Aïd el-Kebir, la plus importante fête chez les musulmans. En France, les célébrations débutent ce vendredi 8 juillet jusqu’au mercredi 13 juillet, selon le Conseil théologique musulman de France. Pour déguster ce plat, comptez environ 3000 dinars algériens (environ 20 euros) pour 900 grammes de viande. Ce qui peut représenter un budget important pour les locaux.

À voir également sur Le HuffPost: Des morceaux de viande végétale aussi gros, vous n’en avez jamais vu

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles