« Mercredi » : « Je me suis toujours senti chez moi dans la famille Addams », reconnaît Tim Burton

UN AIR DE FAMILLE - Tim Burton a renoué avec l’univers néogothique de son idole Charles Addams pour la série « Mercredi » disponible ce mercredi sur Netflix

« J’ai toujours aimé le style néogothique porté par des œuvres comme Frankenstein de Mary Shelley, racontait à 20 Minutes le cinéaste honoré le mois dernier au Festival Lumière de Lyon. Il correspond à mon état d’esprit depuis l’enfance »

On ne s’étonnera donc pas de le voir à la tête de Mercredi, série Netflix disponible dès ce… mercredi sur Netflix. Le réalisateur d’Edward aux mains d’argent (1990) s’est laissé convaincre par les showrunners Alfred Gough et Miles Millar de diriger quatre épisodes de la série qui redonne vie à l’univers de l’une de ses idoles : l’artiste Charles « Chas » Addams (1912-1988), le créateur de La Famille Addams sur laquelle est basée la série.

« Le côté sombre de cet univers a quelque chose de très rassurant pour quelqu’un comme moi, confie-t-il. On y montre que les gens qui ne rentrent pas dans les cases peuvent trouver l’amour et le bonheur sans se conformer à des modèles qui ne leur conviennent pas. » Le réalisateur s’est d’ailleurs très vite créé le look des créatures de ses dessins tout de noir vêtu avec ses cheveux en bataille et ses verres fumés.

Chez lui dans la famille Addams

« Je me suis toujours senti chez moi dans la famille Addams, reconnait-il. Plus dans les dessins que dans les films : lorsque (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Festival Lumière : On a passé deux jours avec Tim Burton
Pourquoi Tim Burton fascine-t-il toujours autant les jeunes ?
« Saint-Omer » : « Aujourd’hui encore, le film continue à me travailler », assure la réalisatrice Alice Diop
Iran : « Le gouvernement islamique est un monstre qui saigne » souligne Golshifteh Farahani
« Reste un peu » : Gad Elmaleh fait part de sa crise de foi à ses parents et c’est aussi drôle que passionnant
« Le Défi de Noël » : Comment redonner à une footballeuse l’envie de marquer des buts