Menus sans viande: pour Macron, la transition agricole ne peut se faire "sur la base d'interdits"

Anne Saurat-Dubois avec Ambre Lepoivre
·2 min de lecture
Emmanuel Macron et Julien Denormandie en Côte-d'Or, le 23 février 2021. - LUDOVIC MARIN
Emmanuel Macron et Julien Denormandie en Côte-d'Or, le 23 février 2021. - LUDOVIC MARIN

Faute de salon de l'agriculture cette année - Covid oblige - Emmanuel Macron s'est rendu ce mardi auprès des agriculteurs, dans une ferme de Côte-d'Or. Sans y faire directement référence durant sa visite, le président de la République a fait aucune allusion à la polémique autour de la décision du maire écologiste de Lyon de mettre en place des menus uniques sans viande dans les cantines, qualifiée de "honte" par le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie.

Le chef de l'État a souligné que la transition agricole ne pourra se faire "sur la base d'invectives, d'interdits" et de "démagogie".

"Le changement ne peut pas se faire du jour au lendemain (...) Nous sommes engagés collectivement dans une très grande transition", a-t-il énoncé précisant que "le nouveau défi est de bien nourrir la population (...) au moment où on a des objectifs environnementaux décisifs".

Et de poursuivre: "Il faut de tout. Remettre des légumineuses, avoir aussi une viande de qualité, rester dans un modèle complet d'alimentation", a déclaré Emmanuel Macron qui appelle au "bon sens". "On perd beaucoup de temps dans des divisions idiotes".

Éviter les "polémiques autoportées"

Dans un courriel daté du 15 février, la mairie écologiste de Lyon a annoncé qu'elle allait imposer un "menu unique sans viande" - mais avec des œufs et du poisson.- dans les cantines scolaires de la ville dès la rentrée des vacances d'hiver. La municipalité affirme qu'il s'agit-là de fluidifier le service et de faciliter la stricte application du protocole sanitaire.

La décision a provoqué l'indignation de l'opposition de droite et des divergences au sein même de l'exécutif, entre des ministres comme Gérald Darmanin qui y vont l'illustration d'une "idéologie scandaleuse" des écologistes, et Barbara Pompili qui a dénoncé dans ces réactions un "débat préhistorique". Ce mardi, le Premier ministre Jean Castex a tenu à éteindre cette polémique née au sein du gouvernement.

Selon les informations de BFMTV, le Premier ministre leur a envoyé un message, par l'intermédiaire de son directeur de cabinet, statuant: "Moins nous alimentons les polémiques autoportées, mieux nous nous portons."

Article original publié sur BFMTV.com