Menu sans viande à Lyon : les écolos s'estiment "ciblés" par le gouvernement

·2 min de lecture

Les Verts voient dans la polémique sur le menu sans viande dans les cantines de Lyon une nouvelle étape d'une opération de décrédibilisation menée par le gouvernement en vue de la présidentielle.

"La priorité, cibler EELV": les Verts voient dans la polémique sur le menu sans viande dans les cantines de Lyon une nouvelle étape d'une opération de décrédibilisation menée par le gouvernement en vue de la présidentielle. Grégory Doucet, maire de la capitale des Gaules, apercevait-il depuis son bureau, lundi matin, les éleveurs de la FNSEA venus manifester pour protester contre le menu sans viande dans les cantines scolaires?

L'édile a eu beau expliquer ce week-end que la mesure était d'ordre technique, un menu unique permettant d'enchaîner plus de services pour compenser la réduction de l'accueil d'enfants en simultané avec la pandémie, la polémique a enflé.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin y a vu "une insulte inacceptable aux agriculteurs et bouchers français", le symbole d'une "politique morale et élitiste des Verts qui exclut les classes populaires". Son homologue à l'Agriculture Julien Denormandie s'est exclamé: "Arrêtons de mettre de l'idéologie dans l'assiette de nos enfants". Et le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a dénoncé l'absence de "choix" laissé aux enfants.

"Il y a clairement une volonté de nuire, de nous dépeindre en idéologues et jusqu'au boutistes"

Les écologistes ont le cuisant souvenir de la double polémique dite du "Tour de France" et du "sapin de Noël" en septembre dernier. Ils se sont donc appliqués à réagir vite et fort, notamment en rappelant que l'ancien maire LREM Gérard Collomb avait adopté la même mesure de menu unique sans viande au début de la pandémie. "Continuez à être dans la posture Gérald Darmanin, vous ne faites que masquer votre absence de fond", a lancé Grégory Doucet. Pour Bruno Bernard, président EELV de la métropole de Lyon, la succession des polémiques(...)


Lire la suite sur Paris Match