Menu sans viande à la cantine : on a passé sur le gril les arguments des détracteurs du maire de Lyon

franceinfo
·1 min de lecture

"Une honte !" Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, n'a pas mâché ses mots en réagissant, mardi 23 février, sur RTL, à la décision de la mairie de Lyon (Rhône) de fournir provisoirement des menus uniques sans viande dans les cantines. "Qui peut comprendre qu'aujourd'hui, dans les cantines de la République, on arrête de servir de la viande tous les jours de la semaine ? Evidemment, moi je ne le comprends pas, mais comme beaucoup, beaucoup, de parents d'élèves", a-t-il tonné tandis que la polémique continue de diviser la classe politique, jusqu'au sein du gouvernement.

Pour la mairie de Lyon, dirigée par l'écologiste Grégory Doucet, supprimer l'option carnée et proposer un menu unique permet d'"accélérer le service" afin de mieux se plier aux exigences du nouveau protocole sanitaire contre le Covid-19. Une mesure d'ordre technique qui permettrait d'enchaîner plus de services pour compenser la réduction de l'accueil d'enfants du fait de la pandémie. Or, la justification n'a pas convaincu ses détracteurs, prêts à rivaliser d'arguments pour défendre la bidoche à la cantoche. Franceinfo décortique ces arguments.

Il s'agit d'une mesure "idéologique" : c'est discutable

Pour la droite lyonnaise, cela ne fait aucun doute : l'idéologie s'est invitée dans l'assiette. Pour l'élue LR Béatrice de Montille, "la majorité écologiste profite de la crise sanitaire pour faire passer des mesures idéologiques sans aucune concertation". Le président du groupe LR au Sénat, Bruno (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi