Le menu de Noël idéal pour allier "le plaisir des fêtes et la ligne"

·1 min de lecture

Blinis, foie gras, chapon, fromage, bûche, chocolat, clémentines, sans oublier l’alcool … Les fêtes de fin d’année sont propices à des repas généralement (trop) copieux. Et fatalement après plusieurs excès, les conséquences se retrouvent sur la balance. Mais heureusement, il est possible "d’allier le plaisir des fêtes et la ligne". Dans "Sans Rendez-vous", le médecin nutritionniste Patrick Serog, également auteur de Faites sauter les verrous qui vous empêchent de maigrir : Pour en finir avec les kilos émotionnels, livre ses astuces (et son menu) pour limiter au maximum les dégâts du réveillon de Noël.

>> Retrouvez l'intégralité de Sans rendez-vous en replay et en podcast ici

L’apéritif, le moment "le plus dur" et le plus dangereux pour la ligne

Il est 20 heures, vous arrivez sur le "lieu du crime", là où va se dérouler la première étape de ce que vous savez d’ores et déjà être un véritable marathon alimentaire. Et la première étape est loin d’un petit échauffement routinier : l’apéritif est "le moment le plus dur", explique au micro d’Europe 1 Patrick Serog. Vous avez faim, d’autant plus si vous avez fait l’erreur de vous priver avant, et sur la table se trouve des oléagineux. Vous entendez l'appel des noix de cajou, de Pécan et autres pistaches. Mais c'est un piège dans lequel il ne faut surtout pas tomber, car ils contiennent en moyenne "50% de graisse". "Quand vous prenez une poignée de cacahuètes, vous vous êtes déjà mis dans le ventre pratiquement deux cuillères à...


Lire la suite sur Europe1