Menstruations dans le sport: comment une marque spécialisée veut aider les femmes à poursuivre leur activité en période de règles

Une femme en train de nager, illustration - AFP
Une femme en train de nager, illustration - AFP

"On ne pourra pas régler les problèmes liés à la douleur. Par contre, on va agir contre la gêne liée aux règles et cette fameuse peur de la fuite qui pousse les femmes à arrêter le sport", explique Marine Van Den Bussche, co-fondatrice de Smoon, marque spécialisée dans les vêtements en période de règles et plus particulièrement sur les tenues de sport.

"On a constaté qu’on était très équipés en vêtements pour faire du sport, faire face à la météo… En revanche, on l’est beaucoup moins pour les moments de vie comme les règles par exemple", poursuit-elle. Autre constat selon une étude menée par les fondatrices, 75% des 5000 femmes interrogées ont déclaré ne pas être satisfaites par les protections hygiéniques déjà existantes. Parmi les raisons évoquées, le manque de confort et de performance et les déchets accumulés.

C’est en partant de ces constats qu’est née la marque il y a trois ans. D’abord, grâce à sa culotte menstruelle, puis elle s’est rapidement tournée vers le milieu du sport en proposant legging, cycliste et plus récemment maillot de bain. "Certaines sportives étaient toujours en attente, notamment les nageuses. Parce qu’à la piscine, elles étaient obligées de repasser sur des protections jetables comme les tampons", ajoute la co-fondatrice.

Briser le tabou des règles dans le sport

"On a mis deux ans à sortir le maillot de bain, ça a été très long, explique Marie-Astrid Laplanche, ingénieure textile pour la marque. Ça a été le plus compliqué parce qu’il fallait qu’il n’y ait aucun risque de fuite dans l’eau." La solution ? Une technologie unique dans le monde qui fonctionne avec des joints anti-fuite en silicone.

L’objectif pour la marque: qu’une femme, même en période de règles, puisse être libre de ses mouvements. "50% des femmes font du sport plus d’une fois dans la semaine, donc ce serait dommage de se priver de cette activité parce qu’on a ses règles", argumente Marine Van Den Bussche. Parmi les autres objectifs des fondatrices de Smoon, briser les tabous autour des règles, notamment dans le domaine sportif. "Le sport, c’est la performance, donc quelque chose de physiologique qui nous empêche d’aller au bout des performances cristallise quelque chose d’assez tabou..."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles