Publicité

Menaces de mort : la maire de Romans-sur-Isère assure que « l’insécurité n’est pas un ressenti » mais une « réalité »

« Je me sens en danger. » Jeudi 7 décembre, Marie-Hélène Thoraval est revenue, sur le plateau de CNews, sur les récentes menaces de mort et de « décapitation » qu’elle avait reçues, le 29 novembre dernier. Ce mercredi, l’homme derrière ces menaces a été condamné à huit mois de prison ferme pour « outrages ». Un soulagement pour la maire de Romans-sur-Isère, qui a salué « le travail de la police ».

À lire aussi Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère : « Beaucoup de Français me supplient de tenir bon »

Cependant, l’édile a également confié ne pas se sentir « en grande liberté ». « J’entends que mes propos aient pu déranger, [mais] j’ai juste exprimé la réalité », a-t-elle déploré. L’élue avait reçu ces menaces à la suite de ses propos concernant la mort de Thomas, intervenue en marge d’un bal de village, à Crépol. Elle avait notamment regretté que les prénoms des mis en examen n’aient pas été donnés et avait estimé que la délinquance provenait de « la radicalisation » et du « trafic de drogue ».

Une « minorité » qui « pourrit la vie d’une majorité »

Des propos que Marie-Hélène Thoraval n’a pas hésité à réitérer ce jeudi. « Le trafic de drogue est vraiment une problématique. […] Il faut faire plus », a-t-elle insisté. Selon elle, ce sont ces délinquants qui « imposent leurs règles […] pour faciliter l’activité qui est la leur, souvent issue du trafic et du deal ». « L’insécurité n’est pas un ressenti, c’est une réalité vécue », a affirmé l’élue.

À lir...


Lire la suite sur LeJDD