Menaces de mort contre Mila: cinq personnes en garde à vue

·2 min de lecture

Cinq personnes, âgées de 18 à 29 ans seront jugées le 3 juin par le tribunal correctionnel de Paris pour "harcèlement moral" et, pour deux d'entre elles, "menaces de mort" à l'encontre de Mila, adolescente iséroise.

Cinq personnes doivent être jugées le 3 juin par le tribunal correctionnel de Paris pour "harcèlement moral" et, pour deux d'entre elles, "menaces de mort" à l'encontre de Mila, adolescente iséroise qui avait publié une vidéo polémique sur l'islam, a indiqué jeudi le parquet.

Les cinq personnes, âgées de 18 à 29 ans, avaient été interpellées mardi en Loire-Atlantique, Moselle, dans le Calvados, la Marne et les Hauts-de-Seine, par les services de police et de gendarmerie locaux. L'opération était placée sous la coordination opérationnelle de la division de lutte contre les crimes de haine de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides, les crimes de guerre et les crimes de haine (OCLCH).

A l'issue de leur garde à vue, elles ont été présentées à un procureur du tout nouveau pôle national de lutte contre la haine en ligne du parquet de Paris, destiné à centraliser les investigations à mener dans différentes régions de France.

Elles ont ensuite été placées sous contrôle judiciaire par un juge des libertés et de la détention, dans l'attente de leur procès, a précisé le parquet.

Parmi les mis en cause figurent des "étudiants", "pas politisés", dont certains disent "n'avoir pas conscience de la gravité de leurs propos et de leurs messages", avait dit à l'AFP une source proche du dossier le jour des interpellations.

Une enquête ouverte mi-novembre

Une enquête avait été ouverte mi-novembre par le parquet de Vienne (Isère) après les réactions suscitées par une nouvelle publication de la jeune fille sur le réseau social TikTok. Mais ce dernier s'était dessaisi début décembre au profit du pôle national de lutte contre la haine en ligne, afin de permettre la centralisation des investigations à mener(...)


Lire la suite sur Paris Match