La menace du scarabée japonais plane sur la France

Creative Touch Imaging Ltd / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Présent en Suisse et en Italie, le scarabée japonais risque prochainement d'entrer en France. Les spécialistes appellent dans ce cas à une détection et une éradication rapides afin de protéger les nombreuses espèces de végétaux qui risqueraient sinon d'en pâtir.

De nombreuses espèces invasives ravagent les cultures, les infrastructures et la santé humaine. . Elles sont si redoutées que l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) s'inquiète déjà des conséquences que pourrait avoir une espèce d'insecte qui n'est même pas encore installée en France : le scarabée japonais (Popillia japonica).

"Il n’y a aucune raison qu’il n’entre pas sur le territoire"

Cet insecte a peu à peu étendu son aire de répartition pour atteindre les Etats-Unis et finalement l'Europe. Il a ainsi été repéré en Italie en 2014 et en Suisse en 2017. Son arrivée prochaine en France est quasiment inéluctable. "Pour l'instant, il n’a pas encore été détecté en France, mais il n’y a aucune raison qu’il n’entre pas sur le territoire, explique dans , publié le 13 juin 2022, Christine Tayeh, coordinatrice scientifique au sein de l’unité Expertise sur les risques biologiques du laboratoire de la santé des végétaux de l’Anses. Selon les résultats de l’expertise, rien ne s’oppose non plus à son établissement en France : c’est un insecte qui se déplace facilement, les conditions de température et de précipitation lui sont favorables et comme il peut consommer de nombreuses espèces de plantes présentes sur le territoire français il n’aura pas de difficulté à trouver des sources de nourriture".

Il est impossible d'empêcher son entrée sur le territoire. Cet insecte vole à l'âge adulte et est aussi capable de se déplacer sur de longues distances, posé sur des supports, comme par exemple des plantes qu'il consomme volontiers. Son établissement pérenne sur le territoire métropolitain serait ainsi une catastrophe pour plus d'une centaine d'espèces de végétaux : prunier, pommier, vigne, maïs, soja, haricot, asperges seraient en danger mais aussi des espèces forestières comme le peuplier. Popillia japonica n'épargne pas non plus les plantes ornementales telles que les rosiers. Si l'adulte se nourrit des feuilles, les larves, quant à elles, se régalent ave[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles