Menacée de suppression, comment se défend l'ENA ?

franceinfo
La suppression de l'Ecole nationale d'administration devait être annoncée par le président de la République, lundi 15 avril.

"Il faut donner un grand coup de pied dans la fourmilière". L'estocade vient de Nathalie Loiseau, tête de liste LREM aux européennes mais surtout ancienne directrice de l'ENA. L'ex-ministre a réagi, jeudi 18 avril sur Radio Classique, au projet de suppression de l'ENA. C'est l'une des propositions contenues dans le texte de l'allocution que devait prononcer Emmanuel Macron et qui a fuité mardi 16 avril dans l'après-midi.

La défiance envers les élites, exprimée par le mouvement des "gilets jaunes", est donc ressortie des propositions au grand débat. Si l'Elysée n'a pas confirmé la mesure envisagée, la direction de l'école n'a pas tardé à réagir à cette annonce. Depuis près de 75 ans, l'ENA est régulièrement accusée par ses détracteurs de contribuer à la reproduction des élites et de ne pas représenter l'ensemble de la société.

Petits-enfants d'ouvriers et d'agriculteurs


Une accusation qui a rapidement fait réagir la direction de l'école, qui s'est fendue d'un tweet mercredi matin, détaillant les profils de ses étudiants.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi