Menacé dans ses fiefs en Irak et en Syrie, Daech repoussé dans ses derniers retranchements

Jade Toussay

INTERNATIONAL - Daech poussé dans ses derniers retranchements. Encerclés à Raqqa, leur fief syrien, les jihadistes du groupe terroriste sont également sur le recul en Irak, dans leur bastion de Mossoul, où ils commenceraient même à "s'effondrer" selon un haut gradé de l'armée irakienne.

En juin 2014, c'est depuis Mossoul qu'Abou Bakr al-Baghdadi, le leader de Daech, avait proclamé un "califat" sur des territoires à cheval entre l'Irak et la Syrie. Mais en octobre 2016, une première offensive irakienne dans la ville de Mossoul suivie par l'arrivée des forces arabo-kurdes soutenues par Washington à Raqqa avaient marqué le début des revers pour le groupe terroriste.

Selon un responsable américain de la Défense qui s'est exprimé mercredi 9 mars, les jihadistes ont perdu "65% du terrain" qu'ils contrôlaient à leur expansion maximum en 2014. Le Pentagone estime qu'ils ne disposent plus désormais qu'au maximum de 15.000 hommes, dont "2500 dans l'ouest de Mossoul et la ville voisine de Tal Afar" en Irak et "3 à 4000" à Raqqa en Syrie.

Au total, "près de la moitié des combattants" dont disposait le groupe Etat islamique à son apogée ont été tués, selon le responsable de la Défense. À Raqqa et Mossoul, les combats continuent.

Mossoul, abandonnée par al-Baghdadi

Depuis leur entrée dans la ville d'Irak, les partisans de Daech ont multiplié les destructions. Mais les avancées des forces irakiennes depuis plusieurs mois ont permis de reprendre la partie est de Mossoul, concentrant les jihadistes sur le front ouest.

Vendredi 10 mars, les forces spéciales irakiennes ont encore progressé à Mossoul-Ouest, où la résistance du groupe Etat islamique montre des signes d'affaiblissement. Et elles s'approchent de plus en plus de la vieille ville, dernier repaire ou presque des hommes de Daech en Irak.

Dans la partie occidentale de la ville, les forces du contre-terrorisme (CTS) ont ainsi repris les quartiers d'Al-Amil al-Oula et d'Al-Amil al-Thaniyah, selon le Commandement...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages