Menacé par Donald Trump, Twitter riposte en masquant un de ses messages

·2 min de lecture
Menacé par Donald Trump, Twitter a signalé ce 29 mai un message posté par le président américain
Menacé par Donald Trump, Twitter a signalé ce 29 mai un message posté par le président américain

ÉTATS-UNIS - La guerre est déclarée entre Donald Trump et Twitter. Un message posté par le président américain sur le réseau social au sujet des heurts de Minneapolis après la mort d’un Afro-Américain, George Floyd, a été signalé ce vendredi 29 mai par Twitter pour “apologie de la violence”.

“Ce tweet viole les règles de Twitter sur l’apologie de la violence. Toutefois, Twitter estime qu’il est dans l’intérêt du public que ce tweet reste accessible”, a indiqué le réseau social, comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran ci-dessous.

“Ces VOYOUS déshonorent la mémoire de George Floyd, et je ne laisserai pas cela arriver. Je viens de parler au gouverneur (du Minnesota, ndlr) Tim Walz et lui ai dit que l’armée serait avec lui jusqu’au bout. Au moindre problème, quand les pillages démarrent, les tirs commencent. Merci!”, a écrit Donald Trump.

 

Ce coup de pression de Twitter intervient en plein conflit entre le réseau social et le président américain, qui a signé jeudi un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus.

“Nous sommes ici pour défendre la liberté d’expression face à un des pires dangers qui soit”, a déclaré le président américain dans le Bureau ovale, en référence à ce qu’il a appelé le “monopole” des groupes technologiques.

“Ils ont le pouvoir non contrôlé de censurer, éditer, dissimuler ou modifier toute forme de communication entre des individus et de larges audiences publiques”, a-t-il élaboré en signant le décret qui devrait être le point de départ d’une longue bataille en justice.

Trump s’attaque à une célèbre loi sur l’internet américain

Très actif sur Twitter où il mêle, à un rythme effréné, annonces politiques, attaques personnelles, théories du complot et propos de campagne, le locataire de la Maison Blanche dénonce de longue date ce qu’il estime être un biais idéologique et politique de la part des géants de la Silicon Valley.

Surtout, il ne décolère pas depuis...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post