Melania et Donald Trump : la Maison Blanche se vide et les polémiques gonflent

·1 min de lecture

À l’approche de l'investiture de Joe Biden, qui se déroulera ce mercredi 20 janvier sans Donald Trump, la Maison-Blanche est en plein déménagement. La famille Trump ainsi que ses employés font leurs cartons et se retrouvent de nouveau au cœur d’une polémique. Ce jeudi 14 janvier, les journalistes ont braqué leurs caméras en direction de l’arrière-cour de la Maison-Blanche et certains objets emmenés ont suscité de vives inquiétudes de la part de la presse américaine.

Quelques employés de Donald Trump ont été aperçus en train d’emmener avec eux un faisan empaillé ainsi qu’un buste en bronze d’Abraham Lincoln. Jim Acosta, journaliste de CNN, a tenu à rappeler à l’antenne : "Les gens doivent savoir que les objets à l’intérieur de la Maison-Blanche ne sont pas des cadeaux, ce ne sont pas des souvenirs que vous pouvez rapporter à la maison", déplorant ainsi la scène à laquelle il était en train d’assister. Suite à ces images, les Américains craignent que les employés du président sortant pillent "la West Wing", surtout après les émeutes qui se sont déroulées plus tôt dans la semaine au Capitole.

Face à toutes ces polémiques, la White House Historical Association s’est vue contrainte de publier un communiqué pour tenter de rassurer les Américains. "L’huissier en chef de la Maison Blanche et le conservateur sont responsables de la gestion et de la comptabilité de la collection de la Maison-Blanche pour chaque présidence. Ils forment une équipe exemplaire et professionnelle et devraient (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Meghan Markle et Harry : on sait enfin qui va les remplacer sur le devant de la scène royale
Laeticia Hallyday : vives tensions avec Jade, elle se raccroche à Joy
"Ce mec est partout" : Éric Dupond-Moretti dérange dans La Chanson Secrète... Twitter s'enflamme
Emmanuel Macron : viré pour violences conjugales, la promotion de son ex-conseiller ne passe pas
PHOTOS - Céline Dion : son plus grand regret à la mort de René Angelil