Une meilleure maîtrise de soi dans l'enfance est associée à une meilleure longévité

Julien Hernandez, Journaliste scientifique
·2 min de lecture

Nos comportements nous font sans aucun doute vieillir plus au moins vite. Par exemple, consommer ou non des toxiques comme l'alcool ou le tabac, être sédentaire ou avoir une activité physique régulière, manger équilibré ou avoir une alimentation carencée, industrialisée, en excluant certains groupes alimentaires indispensables. Qu'en est-il de nos émotions et de nos pensées ? Évidemment, il est commun de le dire, ces dernières influent sur les comportements susmentionnés. Des chercheurs se sont alors demandé si la capacité à gérer ses émotions, ses pensées et, in fine, ses comportements, pouvait se traduire par une véritable influence en matière de vieillissement cellulaire et d'autres paramètres d'intérêt. Cette question émane de la lecture d'autres données qui avaient déjà associé la maîtrise de soi à la longévité et aux comportements sains. Ils publient leurs résultats dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences of United States America.

Le self-control : cet ami qui vous veut du bien 

Dans cette récente étude prospective de naissance à la méthodologie rigoureuse, les scientifiques ont voulu tester plusieurs hypothèses. Premièrement, est-ce qu'une meilleure maîtrise de soi dans l'enfance peut prédire un vieillissement plus lent du corps et du cerveau. Deuxièmement, est-ce qu'une meilleure maîtrise de soi dans l'enfance peut prédire une meilleure préparation aux impératifs de santé plus tardifs inhérents à la vieillesse ? Troisièmement, est-ce qu'une meilleure maîtrise de soi dans l'enfance peut prédire une meilleure préparation aux impératifs financiers plus tardifs inhérents à la retraite ? Enfin, est-ce qu'une meilleure maîtrise de soi dans l'enfance peut prédire une meilleure préparation aux conditions de vie sociale des personnes âgées ? 

Les données montrent une association favorable pour ces quatre hypothèses, et cela, même en corrigeant les associations en éludant l'impact de l'origine socio-économique ou du quotient intellectuel, deux...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura