Le meilleur restaurant au monde est tenu par le protégé de Joël Robuchon

AFP
Le chef japonais Yosuke Suga a été formé par Joël Robuchon dès son arrivée en France.

CUISINE - “Je ne suis pas encore un grand chef”, lance le Japonais Yosuke Suga qui arpente régulièrement son pays à la recherche de produits locaux et de saison pour son restaurant à Tokyo. Les critiques culinaires du monde entier pensent pourtant le contraire.

Sugalabo, un établissement de 20 couverts avec cuisine ouverte où il faut réserver six mois à l’avance, a été consacré ce lundi 2 décembre dans la soirée au ministère français des Affaires étrangères meilleur restaurant au monde lors d’un dîner de La Liste, agrégateur basé en France et conçu à partir d’une compilation de guides et de critiques gastronomiques.  

Le plat signature? “Ce n’est pas notre but”, déclare à l’AFP Yosuke Suga, 43 ans, qui a été formé auprès de Joël Robuchon (1945-2018), le chef français le plus étoilé au monde.

Il se renouvelle tout le temps et n’a rien gardé au menu depuis l’ouverture du restaurant il y a cinq ans. “Je n’ai pas de plat signature donc je ne suis pas encore un grand chef”. 

Sugolabo n’est pas répertorié dans le guide Michelin, mais cela ne l’a pas empêché de se hisser au sommet des 1000 meilleurs restaurants au monde de La Liste, ex aequo avec Guy Savoy à Paris, Le Bernardin à New York et Ryugin à Tokyo, tous trois triplement étoilés. 

La maison du luxe français Louis Vuitton a aussi repéré ce chef au parcours exceptionnel en lui confiant le restaurant dans sa boutique à Osaka qui doit être inauguré en février. 

Formé par Joël Robuchon dès ses 21 ans

Fils et petit-fils de cuisiniers, Yosuke Suga part à 18 ans à Lyon pour apprendre le français et commence à travailler à 21 ans avec Joël Robuchon, une collaboration qui durera 17 ans.

Celui-ci n’officie plus aux fourneaux et va lui confier la place de chef pour l’ouverture du premier Atelier Robuchon à Tokyo et ensuite celle de chef des Ateliers de New York et de Taipei.

À 25 ans, il se retrouve à la tête d’une équipe d’une...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post