Le meilleur pâtissier : qui a été éliminé ce mercredi 18 novembre ?

·1 min de lecture

"Vive l'Alsace !" Ce n'est pas moi qui le dit, mais Cyril Lignac et Mercotte qui, pour cette septième semaine de compétition du Meilleur pâtissier 2020, avaient décidé de partir du côté de Strasbourg et ses alentours, pour une soirée spéciale. Au programme, comme toujours, trois épreuves, toutes en lien avec cette région chère à Siham et Élodie, dont elles sont originaires. Et dès les premiers instants, les pâtissiers amateurs ont compris que le tandem de juré avait mis la barre haute, puisque pour l'épreuve de Cyril Lignac, chacun devait revisiter un "Mannele", ce petit bonhomme en pain d'épices typique, et ce, à leur effigie.

Comme il l'avait fait lors de la spéciale Halloween, Florian a décidé de rendre hommage à sa Belgique en se représentant aux couleurs de son pays, et en hipster ! De son côté, Reine, la doyenne de la compétition, s'était fixé un défi supplémentaire : faire tenir debout sa création…au final sans succès. Au terme de cette première épreuve où Maxime a amusé les internautes et le jury en écrivant "Lief Guard" au lieu de "Life Guard" sur son gâteau, ce sont Margaux et le fameux Florian qui se sont démarqués, tandis que Reine et Siham ont été désignés "Flop"…

À peine le temps pour les candidats de se remettre de leurs émotions que Mercotte dévoilait son épreuve technique : un "shtorichenest". Ce gâteau, qui a été aussi compliqué à écrire pour cet article qu'à prononcer par Julia Vignali, est en fait un gâteau nid de cigogne, avec un biscuit imbibé à la bière, (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Le meilleur pâtissier : les internautes alsaciens ne digèrent pas une erreur sur leur spécialité régionale, le mannala
"A un moment ça va bien, ras-le-bol !" : Sophie Davant ravie du départ de ses deux enfants du domicile familial
TPMP : très énervé, René Malleville menace de quitter le plateau, "Je ne suis pas là pour faire le comique de la troupe !" (VIDEO)
Résultats du Loto : découvrez le tirage de ce mercredi 18 novembre 2020
Quotidien : la mise au point de Yann Barthès et Sophie Dupont après le sujet sur les prières de rues qui a créé la polémique, "Le but n'était pas de stigmatiser les catholiques"