Mehdi Nebbou : "HPI est une série qui fait du bien" (TF1)

·1 min de lecture

Quelle a été votre première impression à la lecture du scénario ?

Mehdi Nebbou : Je me suis dit qu’il y avait un beau défi à relever, et que ce tandem, entre Audrey et moi, pouvait bien fonctionner.

Si vous deviez qualifier Adam Karadec, vous diriez…

Je dirais que c’est un clown triste, un clown blanc. Et Morgane, que joue Audrey, étant une femme haute en couleur, vive, brillante, imprévisible, il fallait créer un contraste. Donc, Karadec est un type psychorigide, plus lent, maniaque, limite hypocondriaque, et coincé. En plus, il a peur des femmes !

Au niveau du choc des contraires, c’était open bar !

L’idée était de créer des points de friction, de leur trouver de bonnes raisons de se détester. Cet antagonisme les rend drôles. On avait en tête Gérard Depardieu et Pierre Richard dans La Chèvre. S’ils sont comiques, c’est souvent malgré eux. Je trouve cela plus touchant.

À lire également

HPI : un scénariste de la série glisse une pique à Audrey Fleurot...

Derrière l’agacement, on devine que des sentiments plus doux pourraient naître…

Morgane est exactement le genre de femme qui le fait flipper. Au-delà de ce qui les oppose, on s’est amusés avec les systèmes de défens... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi