"Megxit" : Le prince Harry "pleurnichard" ? Son discours ne convainc pas

Harry commencerait-il à agacer les Britanniques ? Depuis qu’il a annoncé renoncer à son titre officiel avec Meghan Markle, le couple est au coeur de la polémique. En une des tabloïds, le duc et la duchesse de Sussex ne font plus l'unanimité. S’ils incarnaient le renouveau de la monarchie, ils ont très vite été comparés à des enfants capricieux, pointés du doigt pour leurs dépenses ou encore critiqués sur la distance prise avec le reste de la famille royale. Après des semaines de débats et rumeurs sur leur nouvelle vie loin du protocole, le prince Harry a (enfin) pris la parole lors du dîner de Sentebale, ce 19 janvier.

“Je veux que vous entendiez la vérité de ma part, non en tant que prince ou duc, mais en tant que Harry, la même personne que beaucoup d’entre vous ont vu grandir au cours de ces 35 dernières années”, a-t-il commencé par expliquer. “J'ai grandi en sentant le soutien de tant d'entre vous, et j'ai regardé comme vous avez accueilli Meghan à bras ouverts en me voyant trouver l'amour et le bonheur que j'avais espéré toute ma vie". Alors qu’Elizabeth II vient d’acter officiellement son départ de la famille royale, il ajoute : “Je suis très triste d’en être arrivé là". S’il a annoncé sur Instagram “travailler à devenir financièrement indépendant” avec son épouse, il concède n'avoir pas "vraiment pas d'autres options" quant à son futur et celui de sa famille. Une décision prise “après de nombreux mois de discussions et après de nombreuses années de défis. (…) Ce que je veux dire très clairement, c’est que nous ne fuyons pas. Notre espoir était de continuer à servir la reine, le Commonwealth et les associations caritatives militaires, mais sans financement public”.

"Une famille très étrange à épouser”

Le frère de William confirme que cette décision a été prise suite au traitement médiatique qu’a subi Meghan Markle par les journaux britanniques, qu’il qualifie de "force puissante". Un discours qui a valu au prince Harry d’être une nouvelle fois la cible des critiques.

(...) Cliquez ici pour voir la suite