Meghan Markle retire son prénom du certificat de naissance d’Archie : sa mise au point musclée

·1 min de lecture

La polémique enfle. Ce samedi 30 janvier 2020, le Mirror révélait que le certificat de naissance d’Archie avait été modifié, un mois après la naissance du bambin. Le nom de sa mère n’apparaît plus comme "Rachel Meghan" mais comme "Son Altesse Royale la duchesse de Sussex". Le papa d'Archie, Harry, figure quant à lui sous le nom de "Son Altesse Royale le prince Henry Charles Albert David duc de Sussex". The Sun relatait que ce changement avait eu lieu alors que les rapports entre le prince Harry et son frère William se tendaient. Certains y voient alors une façon pour Meghan Markle d’imposer son autorité.

Le tabloïd y voyait également un clin d’œil à la princesse Diana, qui a toujours pris le soin de signer "Son Altesse Royale la princesse de Galles". De son côté, Kate Middleton avait choisi d’inscrire sur le certificat de naissance de ses enfants son prénom et non son titre royal. Ainsi, le geste de Meghan Markle est taxé d’arrogance par certains Britanniques, qui ne comprennent pas ce changement soudain.

Dans un communiqué transmis ce dimanche 31 janvier 2021 à Page Six, Meghan Markle se justifie de ce changement. C’est par le biais de son porte-parole que l’ancienne actrice s'explique, indiquant qu’il ne s’agissait pas de sa décision mais de celle de Buckingham Palace. "Le changement de nom sur ces documents publics de 2019 a été dicté par le Palais. Ce n'était pas une demande de Meghan, la duchesse de Sussex ou du duc de Sussex", est-il écrit. Le porte-parole condamne également (...)

Lire la suite sur le site de Voici

JoeyStarr tacle les décisions du gouvernement et plaide en faveur d’un reconfinement
PHOTO Mélanie Da Cruz s’affiche au naturel et sans maquillage
Tous en cuisine : Cyril Lignac bientôt remplacé ? Ce chef qui prendrait volontiers sa place
Secret Story truqué ? Emilie Nef Naf répond aux allégations de Cindy Lopes
Oscar Sisto, ancien prof de la Star Academy, emprisonné et torturé en Argentine : ses terribles confidences