Meghan Markle privée de son passeport et de ses clés : ce qui se cache derrière ces accusations

·1 min de lecture

Pour intégrer la famille royale d'Angleterre, Meghan Markle a été contrainte à tous les sacrifices. Mais à en croire ses propos au cours de son interview vérité avec Oprah Winfrey, ce dimanche 7 mars, la duchesse a également été obligée de renoncer à son passeport, ses clés et même son permis de conduire. Une privation de sa liberté ? Ce mercredi 10 mars, l'auteur Robert Lacey l'a nié et a dévoilé les raisons d'une telle demande de la Firme à la la chaîne britannique BBC. "Meghan a été obligée de remettre son permis pour des raisons de sécurité", a-t-il amorcé, "si elle sortait seule, elle n'aurait pas été protégée."

Une mesure de "routine" d'après Robert Finch, président de la Ligue monarchiste du Canada. Selon ce dernier, les documents sont ensuite "conservés dans un coffre-fort (...) sous l'œil de la sécurité générale du palais." À demi-mot, cet informateur accuse donc Meghan Markle de romancer ses propos, comme d'autres ont pu le faire avant lui. "Cela correspondait au récit de Meghan sur le fait d'être piégée et isolée, mais c'était vraiment une routine, et tout lui aurait été accessible si elle l'avait voulu." Ce n'est finalement que lorsqu'elle a pris la poudre d'escampette pour le Canada que l'épouse du prince Harry a pu récupérer l'intégralité de ses biens.

Délestée de ses engagements et de son titre d'altesse, Meghan Markle a retrouvé son indépendance à Santa Barbara, là où elle a pu se procurer une luxueuse demeure avec le duc de Sussex. Mais les souvenirs de ses (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Nicolas Sarkozy condamné : « Une bataille qui lui donne du carburant » selon François Baroin
"Une forme de surprise" : Jean Castex ne s'attendait pas à être Premier ministre
Clash Jean-Jacques Bourdin/Apolline de Malherbe : "C'est devenu Game of Thrones"
Meghan Markle n'a "aucun regret" après son interview : "La famille royale devrait être soulagée..."
Roselyne Bachelot étrillée : "Le meilleur conseil que je puisse lui donner, c’est de démissionner"