Meghan Markle, oratrice peu inspirée ? Cette affaire de plagiat qui refait surface

Attention au copyright, duchesse ! Pas sûr que vos futurs employeurs, prêts à débourser des centaines de milliers d'euros pour faire entendre votre voix, apprécient... Alors qu'elle-même a décidé d'attaquer le groupe éditeur du Mail on Sunday pour atteinte aux droits d'auteur, suite à la reproduction d'une lettre manuscrite destinée à son père, à l'automne dernier, Meghan Markle se voit rappeler un fâcheux épisode par The Express.

Le petit flashback tombe d'autant plus mal que les Sussex, après leur participation à une soirée organisée par la banque JP Morgan Chase & Co et un recadrage express par Elizabeth II, continuent de courir le cachet. Après avoir tenté d'imposer Meghan aux équipes de Disney, au grand dam de la reine, c'est Harry lui-même qui essaierait de faire affaire avec l'autre mastodonte bancaire Goldman Sachs...

Une affaire qui rappelle le plagiat d'un discours de Michelle Obama par Melania Trump

L'écueil qu'il lui faudra éviter en tant que "motivational speaker" : le plagiat. Comme le rappelle The Express, Meghan Markle aurait effectivement copié des passages d'un discours de la First lady Eleanor Roosevelt, prononcé à la télévision américaine en 1951, avant de prendre la parole à l'ONU, en 2015. A l'époque, celle qui n'a pas encore séduit le fils cadet de Charles et qui s'illustre surtout dans la série Suits s'est également engagée pour promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

Lors d'un sommet organisé par les Nations Unies sur le sujet, à l'occasion

Retrouvez cet article sur GALA

Apparition surprise de Kate Middleton en Irlande du Nord : ce que cache ce déplacement
Jenifer, cette belle surprise à une fan handicapée : “Elle m’a fait oublier ma maladie"
VIDEO - Anaïs Baydemir, la présentatrice météo de France 2, a accouché : une collègue annonce la bonne nouvelle
Michou : cette annonce inattendue qui va réjouir ses fans
PHOTO - "Ma raison de vivre" : Alex Goude poste un poignant message pour les cinq ans de son fils Elliot