Meghan Markle et Harry : ce projet "offensant" qu’on leur a proposé

·1 min de lecture

Tout le monde n’est pas toujours délicat avec Meghan Markle : au contraire, la duchesse de Sussex est très régulièrement critiquée par de nombreux détracteurs et a enchaîné polémique sur polémique depuis sa rencontre avec le prince et son entrée dans la famille royale. Le duc et la duchesse ont ainsi fini par quitter leur poste de membres actifs de la royauté, et se sont rendus aux États-Unis pour commencer une nouvelle vie. Aujourd’hui, ils attendent leur deuxième enfant, et la duchesse a déjà été vue se baladant avec Archie, son ventre tout rond. Pour assurer leurs arrières avant leur installation aux États-Unis, le couple aurait même lancé leurs affaires bien avant le « Megxit ». Les parents du petit Archie, qui préparent actuellement un projet avec Netflix et des podcasts avec Spotify, auraient été approchés par une autre société en 2019 : Quibi, un service de streaming américain. Si le couple a affirmé à Oprah Winfrey, lors de leur interview explosive début mars, n’avoir aucun projet professionnel lorsqu’ils ont quitté l’Angleterre, le Daily Mail assure l’inverse. Selon le journal, les tourtereaux auraient bel et bien rencontré les dirigeants de Quibi en janvier 2019. Mais finalement, rien ne s’est concrétisé, pour une bonne raison…

Une source a révélé au journal anglais que le fondateur de la société, Jeffrey Katzenberg, avait proposé à Meghan Markle d’animer une émission en ligne. Problème : la thématique de celle-ci serait « la royauté et des animaux de compagnie ». De (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Liam Di Benedetto (Mamans et célèbres) enceinte et au plus mal : elle fait d'inquiétantes confidences
Valérian et la Cité des mille planètes : qui est l'acteur Dane DeHaan qui incarne le premier rôle ?
10 ans de mariage de Kate et William : le cadeau émouvant du prince Harry avant leurs fiançailles
VIDEO Tout le monde veut prendre sa place : une candidate dévoile à Nagui son plus grand fantasme… et raconte comment elle l’a assouvi
Jean-Michel Blanquer : à 56 ans, il a été vacciné avec le controversé AstraZeneca