Meghan Markle et Harry : malgré leurs critiques sur la famille royale, le prince Charles leur tend la main

Où sont passés Meghan Markle, le prince Harry et Archie ? La petite famille, qui s’est mise en retrait de la vie publique pendant six semaines, alimente toutes les rumeurs ces derniers jours. Les observateurs de la couronne font état de nouvelles tensions entre le couple et le reste de la famille royale d’Angleterre, surtout depuis qu’il a laissé entendre qu’il serait pas aux côtés de la reine Elizabeth II pour Noël.

Harry et Meghan auraient en effet choisi d’aller passer les fêtes avec Doria Ragland, la mère de la duchesse de Sussex. Outre leurs critiques régulières de la vie royale, ce n’est pas la seule décision qui a tendu leurs rapports avec les autres membres de la famille, notamment Kate Middleton et le prince William. Meghan Markle, qui a toujours marqué une certaine rupture avec le protocole, a annoncé dans une interview son intention d’attaquer The Mail en justice. Le tabloïd britannique a publié les extraits d’une lettre que la duchesse de Sussex aurait écrite à son père. Et ça ne lui a pas plu.

Ne pas ébruiter ce genre d’affaires est une consigne indirecte de la reine Elizabeth II et ça a fait beaucoup parler. Pourtant la monarque elle-même ne s’en est pas formalisée et le prince Charles non plus. Ce dernier reste un pilier solide pour Meghan et Harry. Selon Grant Harrold, un ancien employé de la famille royale qui s’est confié à The Insider, le prince de Galles continue en coulisses de leur apporter son soutien sans faille, peu importe les rumeurs de tensions qui

Retrouvez cet article sur GALA

Cernée, la princesse Beatrice d'York reporte sa fête de fiançailles
Charlene de Monaco : Jacques et Gabriella trop mignons en train de nager avec des dauphins !
Le Prince Andrew à nouveau accusé : cette combine pour voler gratuitement dans un jet hyper-luxueux
Kate Middleton enceinte ? Ces indices qui laissent penser que c'est pour "très bientôt"
Ils voulaient tuer Emmanuel Macron : deux hommes arrêtés avaient un « plan d'assassinat »