Meghan Markle et Harry ont-ils fait exprès de court-circuiter la reine ? Ces nouvelles accusations

·1 min de lecture

Depuis quelques jours, l'interview de Meghan et Harry fait trembler la monarchie. Alors que les parents d'Archie ont gardé le silence concernant leur nouvelle vie depuis l'annonce du Megxit en janvier 2020, ils ont à présent décidé de se livrer à cœur ouvert. Ils ont accordé une interview à leur amie, Oprah Winfrey, qui était présente à leur mariage et qui a toujours soutenu leurs décisions. Cet entretien inédit sera diffusé le 7 mars prochain sur CBS. Mais ce jour-là, la reine et d'autres membres de la famille royale doivent aussi participer à une émission de télévision spéciale célébrant le Commonwealth.

Comme de nombreux britanniques, Richard Eden, le rédacteur en chef du Daily Mail, s'est interrogé sur les raisons pour lesquels Meghan et Harry ont accepté cette date, qui célèbre un jour important de l'histoire en Grande-Bretagne. "Si Harry et Meghan se souciaient du Commonwealth, pourquoi ont-ils accepté cette date pour leur grande interview de Oprah ?", a-t-il tweeté. Alors que le service annuel du Commonwealth Day à l'Abbaye de Westminster a été annulé cette année en raison de la pandémie de coronavirus, la reine partagera son message dans l'émission A Celebration For Commonwealth Day, qui sera diffusée sur BBC.

Alors que Meghan Markle et Harry étaient ravis de leur échange avec Oprah Winfrey pour CBS, ces derniers ont été surpris par la décision d'Elizabeth II qui, furieuse, a décidé de les punir en les privant de leurs patronages. Problème, leur entretien s'attardait justement (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Delphine (Loft Story) maman pour la 3e fois : que devient-elle ?
Ellie Goulding enceinte : l'ex du prince de Harry attend son 1er enfant
Emmanuel Macron irrité par une ministre : "Elle est plus près de la porte que de l’augmentation"
VIDEO - Emmanuel Macron : qui est l'homme qui a convaincu François Hollande de le nommer ministre de l'Economie ?
"Le confinement est la mesure la plus médiévale qui soit" : Gilles-William Goldnadel ne mâche pas ses mots