Meghan Markle est enceinte mais il faudrait une hécatombe pour que l'enfant soit roi

Marine Chassagnon
La reine Elizabeth II, Meghan la duchesse du Sussex et le Prince Harry à Buckingham Palace à London, le 10 juillet 2018.

ROYAL BABY - "Leurs altesses royales le duc et la duchesse de Sussex sont ravis d'annoncer que la duchesse attend un enfant pour le printemps 2019". C'est ainsi que Kensington Palace a annoncé l'arrivée d'un nouveau royal baby ce lundi 15 octobre.

Le prince Harry, 34 ans, et Meghan Markle, ex-actrice américaine de 37 ans, seront donc parents un an à peine après leur mariage qui s'est déroulé le 19 mai dernier.



Contrairement à son cousin George, ce futur héritier ne chamboulera pas l'ordre de succession au trône d'Angleterre. Son père, 6e sur la liste des prétendants à la couronne, ne perdra pas de place après sa naissance faisant de son ou sa future héritière le successeur en 7e position, juste avant le prince Andrew, deuxième fils de la reine, qui sera désormais 8e dans l'ordre de succession.



Cette place, devrait rester inchangée si Kate Middleton et le prince William ne font plus d'enfant. Si ce n'était pas le cas, le cousin de George, Charlotte et Louis perdrait une place à chaque nouvel enfant supplémentaire du duc et de la duchesse de Cambridge.

Grâce à la loi de 2013 votée par le Parlement Britannique, peu importe le sexe de cet héritier. Si la législation n'avait pas changée et que cet enfant était une fille, elle serait passée après ses possibles futurs petits frères malgré son rôle d'aînée. Pour exemple, cette loi fait en sorte que la princesse Charlotte soit restée 4e sur le trône après la naissance de Louis, le 2e fils de William et Kate. Si cela c'était passé avant le 28 octobre 2011 (la loi de 2013 étant rétroactive), elle serait passée 5e dans l'ordre de succession laissant sa place à son petit frère.

L'enfant du duc et de la duchesse du Sussex a donc très peu de chances de devenir roi ou reine...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post