Meghan Markle "dominante" : comment elle a charmé Elizabeth II

Quand elle est arrivée dans la famille royale d'Angleterre, Meghan Markle a chamboulé les habitudes de la reine Elizabeth II, qui lui a accordé certains privilèges auxquels Kate Middleton n'a pas eu le droit (l'origine de leur rivalité ?). Elle a par exemple pu passer Noël à Sandringham en 2017, alors qu'elle n'était que la fiancée du prince Harry. Avant le mariage, elle a aussi été conviée au château de Windsor. L'ancienne actrice de Suits est rapidement entrée dans les bonnes grâces de la reine, et selon la biographe Colin Campbell, spécialiste de la royauté, c'est sa "personnalité dominante" qui le lui a permis.

"Meghan a une personnalité très dominante, et elle n'a jamais eu peur d'entrer dans une pièce puis d'en prendre le contrôle. Elle a fait ça avec tout le monde, toute sa vie, et n'a vu aucune raison de changer en rejoignant la famille royale", a expliqué Colin Campbell au Daily Star. Et bizarrement, c'est ce côté dominant - pris par beaucoup d'observateurs britanniques comme de l'insolence ou de l'arrogance - qui aurait plu à la reine dès le début. "La reine adore les personnalités dominantes et enjouées. Meghan peut être très enjouée, charmante et séduisante."

Meghan s'affirme encore plus depuis le "Megxit"

Cette forte personnalité a toutefois pu faire défaut à Meghan Markle au moment de prendre ses distances au mois de mars. Mais elle s'est encore plus affirmée depuis qu'elle est retournée vivre aux États-Unis avec Harry et Archie, puisqu'elle est désormais la seule

Retrouvez cet article sur GALA

David Guetta : la villa de son ex à Ibiza bientôt rasée ?
Patrick Balkany de retour sur les plateaux de télé : les internautes agacés
PHOTO - Alessandra Sublet attendrie par ses enfants qui font « l'école buissonnière »
Patrick Sébastien : ce grand moment de gêne devant Bernadette Chirac
Charlene Wittstock : retour sur sa romance avec Albert de Monaco